24Aug2018
Author
SOA Blog
Category
Canada
Tags

The Value of Actuarial Research to Business Practitioners, Regulators and the Public

En français
by Ben Marshall and the SOA research team

 

At the time of this writing, final preparations are being made for the 2018 Actuarial Research Conference (ARC), being hosted this year by the University of Western Ontario in London, Ontario. A few hundred actuaries from across the globe will be gathering there to explore and debate the latest research affecting our profession. The next issue of SOA News Canada will include a special feature on this significant conference.

The importance of this event being held on Canadian soil is only as strong as the value of research to the Canadian actuarial profession. The question of the value of actuarial research has been posed to me by actuaries and their stakeholders multiple times during my two years as a staff fellow for the Society of Actuaries (SOA), and one that I have contemplated personally many times throughout my 30 years in the profession.

Most actuaries and their stakeholders understand the importance of the most fundamental level of research—that of experience studies—in setting assumptions for potential future outcomes in actuarial models. This function is most pertinent to variables that lend themselves to deterministic modelling. For instance, mortality and morbidity are subject to the Law of Large Numbers and are relatively predictable using experience studies of prior outcomes when the exposures are large enough to be credible. This is not the case with some other variables in actuarial models, such as stock prices and interest rates, which require a stochastic approach to demonstrate the range and likelihood of potential financial outcomes. But where the Law of Large Numbers applies, industry-wide experience studies provide actuaries with information that can be useful in benchmarking their own company experience in setting assumptions for pricing, valuation and risk management.

Beyond the core function served by experience studies, what is the value of actuarial research? I have what I believe to be a compelling answer, and it happens to be the motto of the SOA (borrowed, with attribution, from the influential 19th century British thought leader John Ruskin): “The work of science is to substitute facts for appearances, and demonstrations for impressions.”

The range of actuarial research outside of experience studies extends from purely practical research conducted by private companies and regulators to purely academic research conducted by universities and think tanks. It addresses a multitude of topics that vary dramatically in their level of specificity and scope. But each of these forms of research ultimately substantiates or refutes appearances and impressions through facts and demonstrations. For instance, research can be used by businesses as an objective source to support, refine or refute a business objective or plan—or it can be used by a regulator to study the impact of potential new regulations.

The SOA and the Canadian Institute of Actuaries (CIA) have a strong track record of collaboration in actuarial research that is relevant for the SOA’s membership in Canada, both for experience studies and for other forms of research projects. The selection of such research projects is guided by Canadian practitioners through the CIA’s Research Executive Committee (REC) and the SOA’s practice-specific section councils and its REC, with assistance from research staff and with strategic oversight by the elected member boards of both organizations.

Each research project is overseen by Project Oversight Groups (POGs), which are the key to ensuring that research stays on focus and on time. The POGs typically issue a request for proposal (RFP) in a bidding and information-sharing process to contract out the research for the project to professional researchers (often consulting firms or universities).

Such research frequently makes use of sources that would not be available to individual companies, and with oversight by practitioners from different organizations, it can benefit from a fuller business perspective or benchmarking capability than a single organization conducting research on its own. This research is also publicly available at no additional charge to the members and stakeholders of both organizations.

In some cases, the purpose (or even unexpected outcome) of actuarial research is to inform public policy. While the SOA does not issue public policy statements in Canada, its research sometimes informs the work of the CIA in doing so through the CIA’s consultation process. Professionalism in our joint research and in the research-based public policy positions of the CIA is key to the profession’s influence with the public. Public position statements carry weight that makes them more influential when supported by research than when they are unsupported claims by individual practitioners, and policymakers are better informed than they would be without the benefit of relevant, independent and accessible actuarial research.

While Ruskin was not an actuary, his words still ring true today as a clarion call for objective analysis in serving the business, regulatory and public interests of the actuarial profession’s stakeholders. Such objectivity is at the heart of—and demonstrates the value of—actuarial research.

Ben Marshall, FSA, FCIA, CERA, MAAA, is SOA staff fellow, Canadian membership. He can be reached at bmarshall@soa.org.

La valeur de la recherche actuarielle pour les intervenants du domaine des affaires, pour les législateurs et pour le grand public

par Ben Marshall et l’équipe de recherche de la SOA
Au moment d’écrire cet article, les préparations finales sont apportées en vue de la Conférence 2018 sur la recherche actuarielle (ARC), qui se déroulera cette année à l’University of Western Ontario à London, Ontario. Quelques centaines d’actuaires en provenance de partout dans le monde s’y rassembleront pour explorer et débattre des dernières recherches qui affectent notre profession. Le prochain bulletin SOA News Canada inclura un carnet spécial portant sur cette importante conférence.

L’importance de cet évènement qui se déroulera en sol canadien n’a d’égale que la valeur de la recherche pour la profession actuarielle canadienne. La question de la valeur de la recherche actuarielle m’a souvent été posée par des actuaires et par leurs partenaires, au cours de mes deux années en qualité d’actuaire agréé affecté au membership de la Société des Actuaires (SOA), et c’est aussi une question sur laquelle j’ai beaucoup réfléchi personnellement, au cours de mes 30 années de pratique dans la profession.

La plupart des actuaires et de leurs partenaires saisissent toute l’importance du niveau le plus fondamental de la recherche—celui des études sur les expériences— visant à déterminer les assomptions pour des résultats futurs potentiels dans des modèles actuariels. Cette fonction est plus pertinente pour les variables qui se prêtent au modelage déterministe. Par exemple, la mortalité et la morbidité sont assujettis à la Loi des grands nombres et sont relativement prédictibles à l’aide des études sur les expériences des résultats antérieurs, lorsque les expositions sont suffisamment grandes pour être crédibles. Ce n’est pas le cas avec certaines autres variables dans les modèles actuariels, comme le prix des actions et les taux d’intérêt, lesquels nécessitent une approche stochastique pour en démontrer la gamme de probabilité des résultats financiers potentiels. Mais quand s’applique la Loi des grands nombres, des études sur les expériences à la grandeur de l’industrie fournissent aux actuaires de l’information qui peut être utile pour l’analyse comparative des expériences de leur propre compagnie, dans l’établissement des assomptions en vue de la fixation des prix, de l’évaluation et de la gestion du risque.

Au-delà de la fonction principale desservie par ces études sur les expériences, quelle est la valeur de la recherche actuarielle? J’ai pour ma part une réponse que je crois être convaincante, et elle constitue même la devise de la SOA (empruntée, avec attribution, au leader britannique le plus influent du 19ème siècle; John Ruskin) : « Le travail de la science est de substituer des faits aux apparences, et des démonstrations aux impressions (traduction libre).  »

La portée de la recherche actuarielle à l’extérieur des études sur les expériences va de la recherche purement pratique, réalisée par les entreprises privées et les législateurs, à la recherche purement académique, réalisée par les universités et les groupes de réflexion. Elle adresse une multitude de sujets qui varient dramatiquement dans leur niveau de spécificité et dans leur portée. Mais chacune de ces formes de recherche vise en définitive à corroborer ou à réfuter les apparences et les impressions, avec des faits et des démonstrations. Par exemple, la recherche peut servir aux entreprises comme une source objective pour soutenir, raffiner ou réfuter un objectif ou un plan d’affaires—ou elle peut être utilisée par un législateur pour étudier l’impact de nouvelles réglementations potentielles.

La SOA et l’Institut canadien des actuaires (ICA) cumulent un long historique de collaboration en recherches actuarielles, qui ont été plus que pertinentes pour les membres de la SOA au Canada, tant pour des études sur les expériences que pour d’autres formes de projets de recherche. La sélection de ces projets de recherche est guidée par des praticiens canadiens, par le biais du comité exécutif des recherches de l’ICA (CER) et les conseils spécifiques de pratique de la SOA et leur CER, avec l’assistance du personnel de recherche, et une supervision stratégique des membres élus des conseils de ces deux organisations.

Chaque projet de recherche est supervisé par les groupes de supervision des projets (GSP), lesquels sont essentiels pour assurer que les recherches ne s’éparpilleront pas, et qu’elles seront livrées en temps et en heure. Les GSP émettent typiquement une demande de proposition (DDP) dans un processus de soumission et de partage d’information, pour donner un contrat de recherche à des chercheurs professionnels (souvent des universités ou des sociétés d’experts-conseils).

Ces recherches recourent fréquemment à des sources qui ne seraient pas disponibles à des entreprises individuelles, avec une supervision par des praticiens provenant de diverses organisations, et peuvent bénéficier d’une perspective d’affaire plus complète, ou de capacités d’analyse comparative, que pour une seule organisation qui effectuerait des recherches par elle-même. Cette recherche est aussi disponible publiquement, sans frais additionnel pour les membres et les partenaires des deux organisations.

Dans certains cas, l’objectif (voire même un résultat imprévu) de la recherche actuarielle consiste à mieux informer les politiques publiques. Alors que la SOA n’émet pas d’énoncé de politique publique au Canada, ses recherches éclairent à l’occasion le travail de l’ICA, par le biais du processus de consultation de l’ICA. Le professionnalisme qui incarne nos recherches conjointes, et les positions de politique publique basées sur les recherches de l’ICA, est primordial en matière d’influence de la profession auprès du grand public. Les énoncés de position publique ont un poids qui leur confère plus d’influence, quand ils sont soutenus par une recherche que s’ils étaient des énoncés sans fondement réel, présentés par des praticiens individuels, et les responsables de l’élaboration des politiques sont mieux informés qu’ils ne le seraient sans les bénéfices de ces recherches actuarielles pertinentes, indépendantes et accessibles.

Bien que M. Ruskin n’était pas actuaire, ses dires ont encore du vrai de nos jours et résonnent comme une alerte pour nous assurer d’avoir des analyses objectives, afin de mieux servir les intérêts des intervenants du domaine des affaires, des législateurs et des intérêts publics des divers partenaires de la profession d’actuaire. Cette objectivité démontre bien toute la valeur de—et se trouve au cœur de—la recherche actuarielle!

Ben Marshall, FSA, FICA, CERA, MAAA, est l’actuaire agréé affecté au membership canadien de la SOA. Vous pouvez communiquer avec lui à l’adresse bmarshall@soa.org

Sharing is caring.
  • Subscribe to our feed
  • Tweet about this post
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn

Discussion

No responses to "The Value of Actuarial Research to Business Practitioners, Regulators and the Public"

There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment