12Dec2017
Author
SOA Blog
Category
Canada

OSFI’s New Life Insurance Framework: A Template for Capital Frameworks Around the World

En français
by Lisa Peterson and Ben Marshall

The Canadian financial services industry is recognized around the world for the strength of its risk and capital management practices. Most notably, Canadian banks and insurance companies generally fared better than their peers during the global financial crisis of 2008–2009. While greater centralization of financial institutions played a role in the development of strong Canadian best practices, another factor was the active presence of robust and engaged supervision and regulation.

The Office of the Superintendent of Financial Institutions (OSFI) is an independent government agency that assesses whether federally regulated financial institutions and pension plans are in sound financial condition and meeting their regulatory and supervisory requirements. It protects depositors, policyholders, financial institution creditors and pension plan members while allowing financial institutions to compete and take reasonable risks.

In 1992, OSFI developed a risk-based capital requirement methodology known as the Minimum Continuing Capital and Surplus Requirements (MCCSR) Guideline. The MCCSR Guideline was an effective early pioneer in setting risk-based capital requirements, and it has served Canadian life insurer policyholders and creditors well since then. Although that guideline received annual updates, OSFI increasingly had to rely on additional Pillar II capital adjustments tailored to individual life insurers to compensate because some risks were not adequately captured in the MCCSR Guideline.

It became apparent that OSFI needed to undertake a fundamental review of the MCCSR Guideline for it to remain comprehensive and risk-based. Moreover, OSFI wanted to develop a framework that not only incorporated lessons learned from the global financial crisis but also reflected advances in international capital standards. The vision for the new framework was to include a standardized capital approach with risk measurement methods that could be objectively and consistently applied to all life insurers.

Development of the LICAT Framework

From 2009 to 2015, OSFI conducted six quantitative impact studies (QISs) whereby volunteer life insurers in Canada determined the capital implications of various methodologies that were being considered. The studies took an additive approach, with a new risk factor being added from one QIS to the next. Insights gained through OSFI’s analysis of the numerical data it received, as well as ongoing discussions with industry stakeholders, helped OSFI to develop its new Life Insurance Capital Adequacy Test (LICAT) Guideline. Effective Jan. 1, 2018, the LICAT replaces the MCCSR Guideline.

Components of the LICAT

LICAT ratios are calculated as follows:

Available Capital + Surplus Allowance + Eligible Deposits

Base Solvency Buffer

The definition of regulatory capital (i.e., available capital) as well as the methodology for calculating capital requirements under the LICAT framework is fundamentally different from the MCCSR framework; therefore, calculated ratios under the two frameworks are not directly comparable.

Although the concept of available capital still exists in the LICAT framework, OSFI has tightened the definition of that component. Specifically, deductions and adjustments to available capital will now be made at the same level where the losses occur. Items subject to write-downs in periods of stress have also been re-evaluated and their regulatory capital treatment adjusted accordingly in the LICAT. The LICAT framework introduces two new items: surplus allowance and eligible deposits, which represent specified GAAP risk margins (calculated under the Canadian Asset Liability Method, or CALM) and unregistered reinsurers’ deposits in excess of liabilities ceded (subject to limits), respectively.

Another new concept introduced with the LICAT is the base solvency buffer. This represents the amount of assets a life insurer needs to hold to meet its regulatory requirements over and above the assets required to back its actuarially determined, best-estimate policyholder liabilities. It is calculated by summing capital requirements for credit, market, insurance, segregated fund guarantee and operational risks. Requirements for risks are determined using a mix of factor-based approaches and prescribed shock assumptions. Also, most risks are measured at a target confidence level of CTE99 over a one-year time horizon.

Risk mitigation strategies have been considered in the LICAT by deducting, from the sum of capital requirements for the five risks mentioned above, credits provided for participating and adjustable products as well as a limited credit for diversification. The net result is multiplied by a “scalar,” which serves as a lever allowing OSFI to adjust the overall level of capital for all life insurers in the industry combined. Currently, the scalar is set at 1.05—a level that is not expected to change often.

Implications of Introducing the LICAT in Canada
Although the introduction of the LICAT in 2018 is not expected to significantly impact industry-wide levels of capital in Canada, the impact on each company may be more pronounced and will depend on the businesses in which companies are engaged; the risks that they have assumed; and how these risks are managed. Canadian life insurers will need to review their business plans and may need to take actions to adjust their capital resources or requirements. Such actions could include, for example, changes to product design, risks ceded and investment strategies. It may also be possible that some companies consider raising additional capital, perform a merger and/or acquisition or contemplate other actions.

The LICAT as an International Model
While work to implement the LICAT is well underway for the Canadian life insurance industry, the LICAT is gaining recognition as a potential model for capital standard developments in other jurisdictions outside of Canada. For example, during a session delivered at the October 2017 SOA Annual Meeting & Exhibit, a member of the SOA’s Latin America committee mentioned the LICAT as a possible solution for capital regulation in Latin American countries.

While frameworks for regulatory capital management have been introduced or are in development at a conceptual level elsewhere around the world—for example the Solvency Capital Requirement (SCR) introduced by Pillar I of Solvency II for European insurers or the risk-based global Insurance Capital Standard (ICS) under development by the International Association of Insurance Supervisors (IAIS)—the LICAT in Canada represents one of the first regulatory introductions of a practical scenario-based capital management methodology. This follows the historical pattern of pioneering risk-based capital approaches that began with OSFI’s introduction of its factor-based MCCSR standard in 1992.

The LICAT promises to deliver a standardized capital approach with broadly applicable and objective risk measurement methods, reaffirming Canada’s place as a leader in capital and solvency regulation.

For additional information on the LICAT, please visit OSFI’s website: www.osfi-bsif.gc.ca or click on the following link: Life Insurance Capital Adequacy Test (LICAT).

Lisa Peterson, FSA, FCIA, is the director, Life Insurance Capital at the Office of the Superintendent of Financial Institutions (OSFI). She is in charge of developing and interpreting capital policies and guidance for life insurers. Most recently, she was involved in the development and implementation of the Life Insurance Capital Adequacy Test (LICAT). Lisa is also involved in work of the International Association of Insurance Supervisors (IAIS) to develop a global Insurance Capital Standard (ICS).

Ben Marshall, FSA, FCIA, CERA, MAAA, is SOA staff fellow, Canadian membership. He served as vice president, Insurance Risk Governance and Capital Management, for Royal Bank of Canada for nearly a decade. He is also a lawyer and was a member of the Insurance Sector Practice Group of Stikeman Elliott in Toronto. He served for several years on the Canadian Institute of Actuaries’ (CIA’s) Committee for Risk Management and Capital Requirements.

Le nouveau cadre d’assurance-vie du BSIF : Un gabarit pour les structures du capital autour du monde

par Lisa Peterson et Ben Marshall

L’industrie canadienne des services financiers est reconnue autour du monde pour la force de ses pratiques de gestion du risque et du capital. Fait remarquable, les banques et les compagnies d’assurance canadiennes ont généralement mieux résisté à la crise financière mondiale de 2008–2009 que leurs contreparties à l’étranger. Alors qu’une plus grande centralisation des institutions financières a joué un rôle dans le développement de meilleures pratiques canadiennes solides, un autre facteur de cette démarcation était la présence active d’une supervision et d’une réglementation robuste et engagée.

Le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) est une agence gouvernementale indépendante qui évalue si les institutions financières et les régimes de retraite, sous gouvernance fédérale, qui doivent être en bonne condition financière et rencontrer leurs exigences réglementaires et de supervision. Il protège les déposants, les titulaires de police, les créanciers des institutions financières et les membres des régimes de retraite, tout en permettant aux institutions financières d’évoluer dans une concurrence saine et de prendre des risques raisonnables.

En 1992, le BSIF a développé une méthodologie d’exigence de capital basée sur le risque, connue sous l’appellation de la directive sur le montant minimal permanent requis pour le capital et l’excédent (MMPRCE). La directive MMPRCE a été une première qui s’est avérée efficace pour l’établissement des exigences du capital basées sur les risques, et elle a bien servi depuis lors les titulaires de police des assureurs-vie canadiens ainsi que leurs créanciers. Bien que cette directive ait été mise à jour annuellement, le BSIF a misé de plus en plus sur des ajustements additionnels du capital de pilier II individualisés selon les assureurs-vie individuels pour compenser, parce que les risques n’étaient pas capturés de manière adéquate dans la directive MMPRCE.

Il est devenu apparent que le BSIF devait entreprendre une révision fondamentale de la directive MMPRCE, pour qu’elle demeure complète et basée sur le risque. De plus, le BSIF cherchait à développer un cadre qui puisse incorporer non seulement les leçons apprises lors de la crise financière mondiale, mais qui refléterait aussi les avancées dans les normes internationales sur le capital. La vision concernant ce nouveau cadre consistait à inclure une approche au capital standardisée, avec des méthodes de mesure du risque qui pourraient être appliquées objectivement, et de manière consistante à tous les assureurs-vie.

Développement du Cadre TSAV

Entre 2009 et 2015, le BSIF a dirigé six études d’impact quantitatif (EIQ) dans lesquelles des assureurs-vie volontaires du Canada ont déterminé les implications sur le capital de diverses méthodologies qui étaient considérées. Ces études ont pris une approche additive, avec un nouveau facteur de risque ajouté d’une EIQ à l’autre. Les connaissances obtenues grâce à l’analyse du BSIF des données numériques qu’il a reçues, ainsi que des discussions continues avec les partenaires dans l’industrie, ont aidé le BSIF à développer sa nouvelle directive sur le Test de suffisance du capital des sociétés d’assurance-vie (TSAV). Entrant en vigueur le 1er janvier 2018, le TSAV remplacera la directive MMPRCE.

Composantes du TSAV

Les ratios du TSAV sont calculés de la manière suivante :

Capital disponible + allocation de surplus + dépôts éligibles

Coussin de base de solvabilité

La définition du capital réglementaire, (c’est-à-dire le capital disponible) ainsi que la méthodologie pour le calcul des exigences de capital sous le Cadre TSAV est fondamentalement différente du cadre MMPRCE; en conséquence, les deux ratios calculés selon ces deux cadres ne sont pas directement comparables.

Bien que le concept du capital disponible existe toujours dans le Cadre TSAV, le BSIF a resserré la définition de cette composante. Spécifiquement, les déductions et les ajustements au capital disponible seront maintenant faits au même niveau où les pertes surviennent. Les éléments assujettis à une dévaluation en période de stress ont aussi été réévalués, et leur traitement du capital réglementaire a été ajusté conséquemment dans le TSAV. Le Cadre TSAV introduit deux nouveaux éléments : L’allocation de surplus, et les dépôts éligibles, lesquels représentent les marges de risque selon les PCGR spécifiés (calculés selon la méthode canadienne d’actif-passif, soit « CALM ») et les dépôts non enregistrés des réassureurs excédant les passifs cédés (sujet à des limites), respectivement.

Un autre nouveau concept introduit avec le TSAV est le coussin de base de solvabilité. Il représente la quantité d’actifs qu’un assureur-vie doit détenir pour respecter ses exigences réglementaires, en plus et au dessus des actifs requis pour supporter les passifs actuariels déterminés, selon la meilleure estimation des passifs des titulaires de police. Il se calcule en additionnant les exigences en capital pour le crédit, le marché, l’assurance, les garanties de fonds réservés et les risques d’exploitation. Les exigences pour les risques sont déterminées à l’aide d’un mélange d’approches fondées sur le risque et sur les assomptions des chocs prescrits. De plus, la plupart des risques sont mesurés à un niveau de confiance ciblé de CTE99, sur un horizon d’une année.

Les stratégies de mitigation des risques ont été considérées par le TSAV, en les déduisant de la somme des exigences en capital pour les cinq risques mentionnés ci-dessus, des crédits fournis pour la participation et les produits ajustables, ainsi qu’un crédit limité pour diversification. Le résultat net est multiplié par un « scalaire, » qui sert de levier pour permettre au BSIF d’ajuster le niveau global du capital pour les assureurs-vie dans l’industrie combinée. Présentement, le scalaire est établi à 1,05—un niveau qui n’est pas prévu pour changer fréquemment.

Les implications de l’introduction du TSAV au Canada
Bien que l’introduction du TSAV en 2018 ne soit pas prévue d’avoir un impact significatif sur les niveaux de capital dans toute l’industrie au Canada, l’impact sur chaque compagnie pourrait être plus prononcé, et dépendra des activités d’affaires dans lesquelles ces compagnies sont engagées; les risques qu’elles ont assumés; et comment ces risques sont gérés. Les assureurs-vie canadiens devront revoir leurs plans d’affaire, et ils pourraient devoir prendre des actions pour ajuster leurs ressources en capital, ou leurs exigences. De telles actions pourraient inclure, par exemple, des changements dans la conception des produits, des risques cédés, et des stratégies d’investissement. Il est aussi possible que certaines compagnies puissent considérer d’augmenter le capital additionnel, de conclure une fusion et/ou une acquisition ou d’envisager d’autres actions.

Le TSAV en tant que modèle international
Bien que les travaux pour implanter le TSAV soient assez avancés dans l’industrie canadienne de l’assurance-vie, le TSAV gagne en reconnaissance comme un modèle potentiel pour les développements des normes sur le capital dans d’autres juridictions, à l’extérieur du Canada. Par exemple, au cours d’une session tenue lors de la réunion annuelle et de l’exposition de la SOA en octobre 2017, un membre du comité de la SOA pour l’Amérique latine a mentionné le TSAV « comme une solution possible pour la réglementation du capital dans les pays d’Amérique latine. »

Bien que les cadres réglementaires pour la gestion du capital aient été introduits, ou sont en développement, à un niveau conceptuel ailleurs dans le monde—par exemple les Solvency Capital Requirement (SCR, traduction libre : exigences de capital de solvabilité) présentés par le pilier I de solvabilité II pour les assureurs européens, ou la Global Insurance Capital Standard (ICS, traduction libre : Normes internationales du capital en assurances,) basées sur les risques, en développement par l’Association internationale des contrôleurs d’assurance —le TSAV au Canada représente une des premières introductions réglementaires d’une méthodologie de gestion du capital, fondée sur des scénarios. Il s’inscrit à la suite des patrons historiques et d’avant-garde des approches de gestion du capital fondées sur les risques, qui ont débuté avec l’introduction par le BSIF de sa norme basée sur les risques MMPRCE, en 1992.

Le TSAV promet de fournir une approche standardisée envers le capital, avec des méthodes de mesure des risques qui soient largement applicables et objectives, ce qui réaffirmerait la place du Canada comme un chef de file en matière de réglementation du capital et de la solvabilité.

Pour plus d’informations sur le TSAV, nous vous invitons à visiter le site Internet du BSIF, à l’adresse www.osfi-bsif.gc.ca ou à cliquer sur le lien suivant : Test de suffisance du capital des sociétés d’assurance-vie (TSAV).

Mme Lisa Peterson, FSA, FICA, est la directrice du capital d’assurance-vie, au Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF). Elle est responsable du développement et de l’interprétation des politiques en matière de capital, et des directives pour les assureurs-vie. Plus récemment, elle a été impliquée dans le développement et l’implantation du Test de suffisance du capital des sociétés d’assurance-vie (TSAV). Mme Peterson est aussi impliquée dans Les travaux de l’Association internationale des contrôleurs d’assurances, pour le développement d’une norme mondiale du capital en matière d’assurances (Global Insurance Capital Standard).

Ben Marshall, FSA, FICA, CERA, MAAA, est l’actuaire agréé affecté au membership canadien de la SOA. Il a été vice-président pour la gouvernance du risque en assurance et pour la gestion du capital de la Banque Royale du Canada, pendant près d’une décennie. Il est aussi avocat et a été membre du groupe de pratique du secteur des assurances chez Stikeman Elliott à Toronto. Il travaille depuis plusieurs années au sein du comité de gestion du risque et des exigences en capital, de l’Institut Canadien des Actuaires.

Sharing is caring.
  • Subscribe to our feed
  • Tweet about this post
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn

Discussion

No responses to "OSFI’s New Life Insurance Framework: A Template for Capital Frameworks Around the World"

There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment