SOA Blog

Canadian Actuaries in Light of the Recent Spate of Hurricanes

En français

by Ben Marshall

An important axiom of proper risk management is that “there should be no surprises.” [1] That is, the nature of a firm’s risk exposures must be contemplated across the full spectrum, even if the likelihood of those risks coming to fruition is remote. Just as importantly, the severity and likelihood attached to key risks must be communicated at the most senior levels, where they can either be accepted or divested (and/or mitigated) in order to align with the organization’s risk appetite.

The truth behind this “no surprises” axiom was driven home to me early in my tenure at Royal Bank of Canada (RBC). RBC at the time owned three different types of Canadian insurance companies (i.e., life, property and casualty (P&C) and travel), a U.S. annuity company and an offshore reinsurance company. Among the specialty lines of the reinsurance company was a property catastrophe reinsurance line of business. When Hurricane Katrina devastated New Orleans and much of the Gulf Coast in August 2005, RBC lost over $300 million in hurricane damage claims. While the risks were well-understood within the insurance business, the losses came as a complete surprise to the enterprise leadership at the bank (and particularly to its board of directors). While other reinsurers in the industry were quite happy to remain in the property catastrophe business because it was often lucrative and their risk appetite allowed them to accept the attendant earnings volatility, this business had no place in the portfolio of a bank-owned reinsurer.

While that event created an opportunity for me to move from traditional actuarial work into enterprise risk management, it led to significant consequences for several leaders within the insurance business, because it violated RBC’s most important risk appetite imperative at the enterprise level: a low tolerance for earnings volatility. A complete overhaul of risk management and communications processes within the insurance business soon followed, and the reinsurance company quickly exited the property catastrophe component of its businesses.

The recent spate of 2017 Atlantic hurricanes that reached land in the Caribbean and Gulf of Mexico has led me to reflect on related developments in the actuarial profession and risk management disciplines since 2005. One role that has been taken on by the actuarial profession during those 12 years is a much more active and formal role in measuring climate change and assessing its financial impact.

The rapid succession of hurricanes Harvey, Irma and Maria all made landfall as powerful Category 4 storms within the span of one month, from late August to late September 2017. The human devastation was tragic, with dozens of lost lives resulting from each hurricane. Property damage from the record levels of water from Hurricane Harvey alone was quickly assessed to be more costly than the US$150 billion in damages caused by Hurricane Katrina in 2005, which at the time was the costliest hurricane in U.S. history. Should actuaries view the 2017 hurricane season as a “new normal,” possibly linked to the timely topic of climate change?

Because hurricanes are incredibly complex, assigning cause and effect is not a simple matter. What may be more appropriate is to no longer view extreme hurricane exposures as remote “tail risk” events in the far reaches of the probability distribution. If a $150 billion societal loss was once thought to be a 1-in-200-year event, but has now been seen twice in 12 years, certainly the models need to be adjusted. The difficulty from an insurance standpoint, however, lies in determining whether the nature of the risk has fundamentally changed, and if so, whether objectively based observable drivers can be found. For example, changes in hurricane claims are driven not only by changes in hurricane frequency and intensity, but also by other drivers such as inflation and the growth of population in hurricane-prone areas.

Canadian actuary and researcher Mathieu Boudreault, Ph.D., FSA, ACIA, who is a professor at the Université du Québec à Montréal, studies extreme weather (in addition to other natural catastrophe risk) and helps to provide answers to the question of fundamental changes to the drivers of hurricane frequency and intensity. He notes that the Intergovernmental Panel on Climate Change’s (IPCC’s) current assessment of future hurricane risk is that hurricane frequency is likely to remain stable or decrease, while maximum wind speed and amount of precipitation are likely to increase.

Boudreault’s work on catastrophe modeling goes further, and could provide important predictive capabilities to actuaries and others who develop models (financial and otherwise) of hurricane claims risk. In their recent paper,[2] Boudreault and co-authors Louis-Philippe Caron and Suzana Camargo analyze the main climate influences on Atlantic tropical hurricane activity. Their most important findings from a risk management perspective include:

  • Hurricanes and other tropical cyclones forming in different regions of the Atlantic have different climate influences.
  • Although the Atlantic sea surface temperature has the best predictive power for the total number of tropical cyclones in the entire basin, their analysis shows that de-trended temperatures are more appropriate in light of observational biases.
  • El Niño–Southern Oscillation generally has the best predictive power for landfalling hurricanes; however, predicting the number of landfalling hurricanes is very difficult for all statistical models analyzed.
  • To determine the likelihood of hurricanes making landfall, they recommend analyzing a specific sub-region of the North Atlantic instead. Their statistical models are considerably more accurate when forecasting combinations of clusters whose hurricanes are most likely to make landfall.

In addition to the specificity of Boudreault’s hurricane modelling work, other Canadian actuaries, whose work is on the more general topic of climate change, see possible connections to hurricane activity. Caterina Lindman, FSA, FCIA, who was one of the developers of the Actuaries Climate Index and recent chair of the Actuaries’ Climate Index Working Group, says, “This hurricane season has brought renewed attention to the question of whether extreme weather is increasing, and for a broad swath of North America, the Actuaries Climate Index data were trending in that direction to February 2017.”[3]

Even if climate change is not a driver for more intense hurricanes, other aspects of climate change could cause the impact of “normal” hurricanes to be more destructive. For example, if sea levels rise due to climate change, then storm surge—that is, the mass of water that hurricanes push onshore from the ocean—will have a higher bed of water from which to rush farther inland and destroy more property.

So, at the end of the day, how are Canadian actuaries having an impact with their work on hurricanes and climate change? Risk analysis with climate data such as Boudreault’s will help to better assess the probability distribution of future hurricane claims, and ensure that there are no “surprises” from a risk management standpoint. Specific weather location analytics will help to evaluate claims in context for insurers to flag fraudulent claims. Perhaps more importantly, actuaries and their insurance colleagues, through their insurability guidelines, can help to influence municipalities on land-use planning, infrastructure decisions and building codes. Such actions would continue the important pattern of societal improvement spurred on by insurance companies. Previous examples include declines in smoking as life insurers recognized it as a key rating factor in pricing; increases in the use of smoke detectors due to rating of homeowners’ insurance policies; and changes to seat belt laws facilitated by the auto insurance industry. And, finally, if climate change is indeed a driver of hurricane intensity, then the government policy changes being sought by actuaries such as Lindman and others could have a long-term impact on the reduction of the hurricane risk.


Ben Marshall, FSA, FCIA, CERA, MAAA, is SOA staff fellow, Canadian membership. He can be reached at bmarshall@soa.org.

Ben Marshall


[1] Banks, Erik, and Richard Dunn. 2003. Practical Risk Management: An Executive Guide to Avoiding Surprises and Losses, 79. Chichester, United Kingdom: John Wiley & Sons. https://books.google.com/books?isbn=0470869364


[2] Boudreault, Mathieu, Louis-Philippe Caron and Suzana J. Camargo. 2017. Reanalysis of Climate Influences on Atlantic Tropical Cyclone Activity Using Cluster Analysis. Journal of Geophysical Research: Atmospheres 122, no. 8:4258–4280.

[3] Actuaries Climate Index™ Value Reaches New High With Winter 2016-17, joint press release by the American Academy of Actuaries (AAA), Casualty Actuarial Society (CAS), Canadian Institute of Actuaries (CIA) and Society of Actuaries (SOA), Document #217104.



Les actuaires canadiens à la lumière des la récente crue d’ouragans

par Ben Marshall

Un axiome important de la bonne gestion des risques est « qu’il ne devrait pas y avoir des surprises. [1] » Cela signifie que la nature de l’exposition au risque d’une firme doit être contemplée selon le spectre complet, même si la probabilité que ces risques surviennent est éloignée. De manière tout aussi importante, la sévérité et la probabilité reliée aux principaux risques doit être communiquée aux niveaux de direction les plus élevés, ou elles pourront soient être acceptées ou retranchées (et/ou mitigées) afin de s’aligner avec l’appétit pour le risque de l’organisation.

La vérité sous l’axiome « pas de surprise » m’est apparue assez tôt dans mon mandat auprès de la Banque Royale du Canada (RBC). À cette époque, RBC était propriétaire de trois types différents de compagnies d’assurance canadiennes (à savoir, l’assurance vie, l’assurance des biens, l’assurance des dommages (planification et contrôle) et l’assurance voyage), une compagnie américaine de rentes, et une compagnie de réassurance à l’étranger. Parmi les gammes spécialisées de sa compagnie de réassurance se trouvait une ligne d’affaires de réassurance des catastrophes pour la propriété. Lorsque l’ouragan Katrina a dévasté la Nouvelle Orléans et une grande partie de la côte du golf en août 2005, RBC a perdu plus de 300 millions $ avec les réclamations pour les dommages causés par cet ouragan. Bien que les risques étaient bien compris au sein des sociétés d’assurance, ces pertes ont été une surprise complète pour la direction de l’entreprise à la banque (et particulièrement pour son conseil d’administration). Alors que d’autres compagnies de réassurance dans l’industrie étaient plutôt heureuses de rester dans les affaires des catastrophes sur la propriété, parce qu’il s’agissait souvent d’un secteur lucratif et que leur appétit pour le risque leur permettait d’accepter la volatilité des gains attenants, mais ces activités n’avaient aucune place dans le portfolio d’un réassureur appartenant à une banque.

Bien que cet évènement ait créé une opportunité me permettant de passer du travail actuariel traditionnel à la gestion des risques en entreprise, il a engendré d’importantes conséquences pour de nombreux dirigeants dans le domaine des assurances; parce qu’il a violé l’impératif le plus important concernant l’appétit pour le risque de la RBC au niveau de l’entreprise : Une faible tolérance pour la volatilité des gains. Une révision complète des processus de gestion des risques et de communication au sein des affaires d’assurance s’en est rapidement suivie, et la compagnie de réassurance a rapidement délaissé la composante de ses affaires couvrant les catastrophes sur la propriété.

La récente crue des ouragans de 2017 en atlantique ayant touché terre dans les caraïbes et dans le Golf du Mexique m’a amené à réfléchir sur les développements apparentés dans la profession d’actuaire, et dans les disciplines de gestion des risques depuis 2005. Le rôle qui a été saisi par la profession d’actuaire pendant ces 12 années est un rôle beaucoup plus formel et actif dans la mesure des changements climatiques, et dans l’évaluation de leur impact financier.

La succession rapide des ouragans Harvey, Irma et Maria qui ont tous touché terre sous forme de puissantes tempêtes de catégorie 4 dans l’espace d’un mois, entre la fin août et la fin septembre 2017. La dévastation humaine fut tragique, avec des douzaines de pertes de vie résultant de chaque ouragan. Les dommages à la propriété causés par les niveaux d’eau records de l’ouragan Harvey à lui seul ont rapidement été évalués à plus de 150 milliards de dollars américains, et ceux causés par l’ouragan Katrina en 2005, lequel à ce moment était l’ouragan le plus coûteux dans l’histoire des États-Unis. Les actuaires devraient-ils percevoir la saison 2017 des ouragans comme la « nouvelle normalité, » qui serait possiblement reliée au sujet très actuel des changements climatiques?

Puisque les ouragans sont incroyablement complexes, l’assignation de cause et d’effet n’est pas une matière simple. Ce qui pourrait être plus approprié n’est plus de voir les expositions aux ouragans extrêmes comme des évènements distants de « risque de queue » dans les portées accrues de la distribution des probabilités. Si une perte sociétale de 150 milliards $ était perçue auparavant comme un évènement qui se produit 1 fois aux 200 ans, alors qu’elle survient maintenant 2 fois en 12 ans, alors les modèles doivent certainement être ajustés. Du point de vue des assurances, la difficulté réside cependant dans la détermination à savoir si la nature du risque a changé de manière fondamentale, et le cas échéant, à savoir si des éléments observables objectivement peuvent être trouvés. Par exemple, les changements dans les réclamations lors des ouragans sont entraînés non seulement par les changements dans la fréquence et l’intensité des ouragans, mais aussi par d’autres éléments comme l’inflation et la croissance de la population dans les endroits propices aux ouragans.

L’actuaire canadien et chercheur Mathieu Boudreault, Ph.D., FSA, ACIA, qui est professeur à l’Université du Québec à Montréal, étudie les phénomènes de météo extrême (en plus d’autres risques des catastrophes naturelles) et aide à fournir des réponses aux questions des changements fondamentaux dans les éléments déterminants de la fréquence et de l’intensité des ouragans. Il note que l’évaluation actuelle du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) sur les risques futurs des ouragans est à l’effet que la fréquence des ouragans demeurerait probablement stable ou en diminution, alors que la vitesse maximale des vents et les quantités des précipitations allaient probablement augmenter.

Les travaux du professeur Boudreault sur la modélisation des catastrophes va plus loin, et pourraient offrir des capacités prédictives importantes pour les actuaires et autres experts qui développent des modèles de risque (financier et autrement) et de risque des réclamations lors des ouragans. Dans sa plus récente publication,[2] le professeur Boudreault et ses co-auteurs que sont Louis-Philippe Caron et Suzana Camargo analysent les principales influences du climat sur l’activité des ouragans tropicaux en atlantique. Leurs découvertes les plus importantes, selon une perspective de gestion des risques sont notamment :

  • Les ouragans et autres cyclones tropicaux qui se forment dans des régions différentes de l’atlantique ont des influences différentes sur le climat.
  • Bien que la température de surface de l’océan atlantique constitue le meilleur élément pour la prédiction du nombre total des cyclones tropicaux dans tout le bassin, leur analyse démontre que les températures qui sortent des tendances sont plus appropriées en regard aux erreurs systémiques des observations.
  • L’oscillation au sud d’El Niño offre généralement le meilleur élément de prédiction pour l’atterrissage des ouragans; cependant, la prédiction du nombre d’atterrissage des ouragans est très difficile pour tous les modèles statistiques analysés.
  • Pour déterminer la probabilité des ouragans qui touchent terre, ils recommandent plutôt d’analyser une sous-région spécifique de l’atlantique nord. Leurs modèles statistiques sont considérablement plus précis lors de la prévision des combinaisons des grappes pour lesquelles les ouragans offrent la plus grande probabilité d’atterrissage.

En plus de la spécificité des travaux de modélisation du professeur Boudreault sur les ouragans, les autres actuaires canadiens, dont les travaux portent sur des sujets plus généraux en regard aux changements climatiques, perçoivent des connections possibles avec les activités des ouragans. Mme Caterina Lindman, FSA, FICA, qui fait partie des développeurs de l’index climatique des actuaires et récemment présidente du groupe de travail sur l’index climatique des actuaires, nous dit que « cette saison des ouragans a créé une attention renouvelée sur la question à savoir si l’occurrence des météos extrêmes est en augmentation, et pour une fauchée élargie en Amérique du Nord, en février 2017 les données de l’index climatique des actuaires tendaient vers cette direction.[3] »

Même si les changements climatiques ne sont pas un élément favorisant des ouragans plus intenses, d’autres aspects des changements climatiques pourraient voir l’impact des ouragans « normaux » devenir beaucoup plus destructif. Par exemple, si les niveaux de la mer augmentent en raison des changements climatiques, alors l’onde de tempête—à savoir, la masse d’eau que les ouragans poussent sur les terres en provenance de l’océan—comporterait un lit d’eau plus élevé à pousser plus loin dans les terres, et en définitive causerait la destruction de plus de propriétés.

Ainsi, à la fin de la journée, comment le travail des actuaires canadiens aura-t-il un impact avec leurs travaux sur les ouragans et sur les changements climatiques? L’analyse des risques avec des données sur le climat comme celles du professeur Boudreault contribuera à mieux évaluer la distribution des probabilités des réclamations d’assurance reliées aux futurs ouragans, et à assurer qu’il n’y ait pas de « surprise, » d’un point de vue de la gestion des risques. Les mesures d’analyse spécifiques à la météo à certains emplacements contribueront à évaluer les réclamations dans le contexte que les assureurs puissent être alertés des réclamations frauduleuses. Et possiblement plus important encore, les actuaires et leurs collègues du domaine des assurances, de par leurs directives sur l’assurabilité, peuvent aider à influencer les municipalités sur la planification d’usage des terres, sur les décisions concernant les infrastructures et sur les codes du bâtiment. De telles actions perpétueraient l’important patron des améliorations sociétales dérivées par les compagnies d’assurance. Les exemples antérieurs incluent le déclin du nombre des fumeurs que les assureurs vie avaient reconnu comme un facteur déterminant dans la classification de fixation des prix; l’augmentation de l’utilisation des détecteurs de fumée en raison de l’évaluation des polices d’assurance des propriétaires de résidence; et des changements aux lois concernant les ceintures de sécurité qui ont été favorisés par le domaine des assurances automobiles. Puis, finalement, si les changements climatiques s’avèrent effectivement un élément qui influe sur l’intensité des ouragans, alors les changements des politiques gouvernementales recherchés par les actuaires comme Lindman et d’autres pourraient avoir un impact à long terme sur la réduction des risques lors des ouragans.


Ben Marshall

Ben Marshall, FSA, FICA, CERA, MAAA, est l’actuaire agréé affecté au membership canadien de la SOA. Vous pouvez communiquer avec lui à l’adresse bmarshall@soa.org

[1] Banks, Erik, and Richard Dunn. 2003. Practical Risk Management: An Executive Guide to Avoiding Surprises and Losses (traduction libre : Gestion pratique des risques : Un guide exécutif pour éviter les surprises et les pertes), 79. Chichester, United Kingdom: John Wiley & Sons. https://books.google.com/books?isbn=0470869364

[2] Boudreault, Mathieu, Louis-Philippe Caron et Suzana J. Camargo. 2017. « Reanalysis of Climate Influences on Atlantic Tropical Cyclone Activity Using Cluster Analysis » (traduction libre : Ré-analyse des influences du climat sur l’activité cyclonique tropique en atlantique, à l’aide de l’analyse typologique). Journal of Geophysical Research: Atmospheres 122, no. 8:4258–4280.

[3] Actuaries Climate Index™ Value Reaches New High With Winter 2016-17, (traduction libre : La valeur de l’index climatique des actuaires atteint des nouveaux sommets avec l’hiver 2016-2017) joint press release by the American Academy of Actuaries (AAA), Casualty Actuarial Society (CAS), Canadian Institute of Actuaries (CIA) and Society of Actuaries (SOA), Document #217104.






Sharing is caring.
  • Subscribe to our feed
  • Tweet about this post
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn


No responses to "Canadian Actuaries in Light of the Recent Spate of Hurricanes"

There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment