07Sep2017
Author
SOA Blog
Category
Canada
Tags

Looking to the Future: An Interview with Victor Wang, ASNA President 2017/2018

En français

On its website, the Actuarial Students’ National Association (ASNA) states that its primary mission is to “inspire and educate the next generation of actuarial leaders through a wide variety of unique opportunities at the national level.” This mission is enthusiastically pursued by the association’s executives, board members and convention committee—student members who are elected to these positions each year by member universities.

Victor Wang, a fourth-year actuarial science and economics student at the University of Toronto, became this year’s president after three years of working on the ASNA team. He recently spoke to SOA News Canada about how the association is evolving and the benefits it provides to actuarial students, universities and employers across Canada.

 

Q: We know that ASNA provides services to its student members, but what does it do for actuarial employers and actuaries as professionals?

A: It’s important to understand that our annual convention’s networking opportunities are not just for students. Approximately 30 employers and professional organizations attend the convention annually. They’re able to connect with representatives of other companies from across the country and talk about topics of mutual interest. They then take this information home, which adds value to the workplace.

Employers as a whole also benefit from the convention because it attracts the best actuarial students from all parts of Canada, including smaller schools with which they might not normally be in touch. This improves the breadth of their recruiting.

 

Q: What have you set as the key priorities for your term as president of ASNA?

A: One of the new initiatives I’ve introduced is a yearly scholarship for one to four students. ACTEX has agreed to provide the educational materials (study manuals), and surplus funds from ASNA will pay the fees for one of the selected students’ preliminary actuarial exams.

I want to grow our membership. More Canadian universities are creating actuarial programs and adding actuarial courses to their curricula. As these programs take hold and students become involved in ASNA, we will consider their schools for membership. We added the University of Regina (Saskatchewan) to our members this year, and we are looking at six other universities from across the country with which to build stronger relationships.

I also want to be sure we provide help, such as mentoring opportunities, to students who can’t get those services through their schools. For example, one of our member universities doesn’t have a formal actuarial program, and its ASNA members comprise a club of mathematics and statistics students who learned about actuarial science after they began working in their programs. I believe one of the key strengths of our national association is the ability to support students at schools with younger actuarial programs that might not have that support built in already.

 

Q: What is the nature of ASNA’s relationship with actuarial organizations like the Society of Actuaries (SOA), the Canadian Institute of Actuaries (CIA) and the Casualty Actuarial Society (CAS)?

A: We get a lot of support from these organizations. For instance, with the CIA, one of its primary objectives is to provide for the education and qualification of its members and prospective members, and ASNA is made up of those prospective members. The CIA is the Grand Patron Sponsor of our annual convention and helps us host our webinars, as well as many other initiatives such as the upcoming CIA-ASNA event. We also get help from the SOA; for example, we are working with them right now to create the topics for our case competition at the annual convention and have been in talks with them in regard to increasing awareness of the profession. Similarly with CAS, we receive support in various aspects ranging from advice and volunteer judges to support with our case competition.

 

Q: What are the demographics for ASNA (such as the number of universities with which it is affiliated, the number of members, and the numbers of ASNA members in its largest university programs)?

A: We now have 14 member universities. It’s almost impossible to pinpoint exactly how many students belong to ASNA because new people join and graduates leave every year. A rough estimate would be about 1,000 students. The majority of them come from the University of Waterloo, the University of Toronto and the University of Manitoba.

 

Q: How does ASNA stay connected with its former members once they are no longer students?

A: There is no formal alumni network. You keep in touch with friends you’ve met at ASNA, just as with any other school or professional situation. The more involved you are, the more people you meet and the more you learn!

 

Q: What is ASNA’s view on the relationship between the supply and demand for actuaries at the entry level?

A: A mentor of mine once told me that there would always be jobs for the best and most dedicated, and I think that absolutely still holds today. I have never seen a lack of opportunities for those students with passion and an aptitude for the field; after all, performing well means being able to create more value than cost. In the actuarial profession, I have seen an amazing amount of support and investment from within firms, including a CEO coming in to chat with actuarial interns. Companies do want entry-level actuaries—quite a few—but they only want the candidates who will be able to overcome the challenges and enjoy it at the same time.

 

Q: What advice would you give the actuarial professional organizations about engaging their younger members?

A: Organizations like the CIA, SOA, CAS and the American Academy of Actuaries (AAA) are all taking great steps in reaching out to their younger audience and student base. For instance, the SOA held its first SOA Candidate Connect in Montreal just a few months ago, and the CIA and ASNA have a joint event coming up in August 2017. Traditionally, professional organizations have focused on their junior members rather than students, but now they are actively engaging much more with university students. They are also supporting universities that have new actuarial programs; for example, the new actuarial focus at St. Francis Xavier University, which our own Jackie Mackay helped to bring about. I’ve also spoken with the SOA in regard to reaching out to students at the high school level to spread awareness of the field earlier. I think all of these efforts are making progress in the right direction to support budding actuaries, and ASNA absolutely wants to continue to be a part of that movement.

Victor Wang, a fourth-year actuarial science and economics student at the University of Toronto, is the 2017/2018 president of the Actuarial Students’ National Association in Canada. He can be reached at president@anea-asna.ca or victor@pula-advisors.com.

Regard sur l’avenir : Une entrevue avec Victor Wang, Président de l’ASNA pour 2017-2018

Sur leur site Web, l’ASNA (Actuarial Students’ National Association) indique que sa principale mission consiste à « inspirer et éduquer la prochaine génération des leaders en actuariat par le biais d’une grande variété d’opportunités uniques, au niveau national (traduction libre). » Cette mission est poursuivie de manière enthousiaste par les directeurs exécutifs de l’association, par les membres du conseil et par le comité des conventions—et par les étudiants membres qui sont élus à ces positions à chaque année par les universités membres.

Victor Wang, étudiant de quatrième année en économie et science actuarielle à l’University of Toronto, est devenu président pour cette année après trois années de travail au sein de l’équipe de l’ASNA. Il nous a récemment livré un discours dans le cadre du bulletin SOA News Canada sur comment l’association évolue, et sur les avantages qu’elle offre aux étudiants en actuariat, aux universités et aux employeurs au Canada.

 

Q : Nous savons que l’ASNA fournit des services à ses étudiants membres, mais que fait-elle pour les employeurs des actuaires et pour les actuaires professionnels?

R : Il est important de comprendre que les opportunités de réseautage offertes par notre convention annuelle ne bénéficient pas uniquement aux étudiants. Environ 30 employeurs et organisations professionnelles assistent à la convention annuellement. Ils peuvent y faire des contacts avec les représentants des autres compagnies de partout au pays, et discuter de sujets d’un intérêt mutuel. Ils rapportent ensuite ces informations avec eux, ce qui permet d’ajouter de la valeur dans leur milieu de travail.
Les employeurs dans leur ensemble bénéficient aussi de la convention, puisqu’elle attire les meilleurs étudiants en actuariat en provenance de partout au Canada, notamment de ces écoles plus petites avec lesquelles ils pourraient ne pas être en contact normalement. Cela permet aussi d’augmenter le rayonnement de leur recrutement.

Q : Quelles sont les principales priorités que vous avez établies pour votre terme à titre de président de l’ASNA?

 

R : Une des nouvelles initiatives que j’ai introduites est une bourse d’études annuelle pour un nombre de un à quatre étudiants. L’ACTEX a accepté de fournir le matériel didactique (les manuels d’étude), et des fonds additionnels proviennent de l’ASNA pour couvrir les frais de l’un ou une des étudiants sélectionnés, pour les examens préliminaires en actuariat.

Je souhaite accroître notre adhésion. De plus en plus d’universités canadiennes créent des programmes en actuariat et ajoutent des cours d’actuariat à leur curricula. Alors que ces programmes s’établissent et que les étudiants deviennent impliqués dans l’ASNA, nous allons considérer leurs écoles pour les adhésions. Nous avons ajouté l’University of Regina (Saskatchewan) cette année parmi nos membres, et nous considérons six autres universités de partout au pays avec lesquelles nous souhaitons améliorer nos relations.
Je souhaite aussi être certain que nous offrons de l’aide, telle que des opportunités de mentorat, aux étudiants qui ne peuvent pas obtenir ces services de leurs écoles. Par exemple, une de nos universités membres n’offre pas de programme formel en actuariat, et ses étudiants membres de l’ASNA faisant partie d’un club de mathématiques et de statistique ont découvert les sciences actuarielles, après avoir commencé à travailler au sein de leurs programmes. Je crois qu’une des principales forces de notre association nationale est cette capacité de soutenir les étudiants dans leurs écoles, avec des programmes en actuariat plus récents qui pourraient ne pas avoir de soutien déjà établi.
Q : Quelle est la nature des relations de l’ASNA avec les organisations actuarielles comme la Société des actuaires (SOA), l’Institut Canadien des Actuaires (ICA) et la Casualty Actuarial Society (CAS)?

 

R : Nous obtenons beaucoup de soutien de ces organisations. Par exemple, avec l’ICA, dont l’un de ses principaux objectifs est de fournir de l’enseignement et la qualification à ses membres et membres potentiels, et l’ASNA regroupe ces membres potentiels. L’ICA est le grand patron commanditaire de notre convention annuelle, et elle nous aide à héberger nos séminaires via Internet, en plus de plusieurs autres initiatives telles que l’évènement conjoint ICA-ASNA à venir. Nous obtenons aussi de l’aide de la SOA; par exemple, nous travaillons maintenant avec eux pour créer les sujets de notre compétition sur les affaires lors de la convention annuelle, et nous avons discuté avec eux pour nous aider à augmenter le rayonnement de la sensibilisation à la profession. De manière similaire avec la CAS, nous recevons du soutien dans plusieurs aspects, notamment sous forme de conseils et de juges bénévoles pour soutenir notre compétition sur les affaires.

 

Q : Quelles sont les données démographiques de l’ASNA (tel que le nombre d’universités avec lesquelles elle est affiliée, le nombre de ses membres et le nombre des membres de l’ASNA dans ses plus gros programmes universitaires)?

R : Nous comptons maintenant 14 universités membres. Il est pratiquement impossible de détailler précisément combien d’étudiants font partie de l’ASNA, puisque de nouvelles personnes s’ajoutent constamment et que des diplômés quittent à chaque année. Une estimation rapide compterait près de 1 000 étudiants. La majorité provient de l’University of Waterloo, de l’University of Toronto et de l’University of Manitoba.

 

Q : Comment l’ASNA demeure-t-elle en contact avec ses anciens membres après qu’ils aient terminé leurs études?

R : Nous n’avons pas de réseau formel avec les anciens étudiants. Les personnes restent souvent en contact avec les amis qu’ils ont rencontrés au sein de l’ASNA, tout comme ce qui se fait dans les autres écoles ou situations professionnelles. Plus une personne s’implique, plus elle rencontre de gens, et plus elle peut apprendre!

 

Q : Quel est le point de vue de l’ASNA concernant la relation entre l’offre et la demande pour les actuaires au niveau d’entrée?

R : Un de mes mentors m’a dit un jour qu’il y aurait toujours des emplois pour les meilleurs et pour les plus dévoués, et je pense que cela est toujours vrai de nos jours. Je n’ai jamais vu un manque d’opportunité pour ces étudiants qui ont démontré une grande passion et une aptitude pour le domaine; après tout, bien performer implique d’être en mesure de créer plus de valeur que de coût. Dans la profession d’actuaire, j’ai ressenti une quantité impressionnante de soutien et d’investissements en provenance des firmes, notamment un PDG qui vient discuter avec les stagiaires en actuariat. Les compagnies cherchent à embaucher des actuaires du niveau d’entrée—plusieurs—mais elles recherchent surtout les candidats qui seront en mesure de surmonter les défis, et qui seront en mesure de les apprécier tout au long de leur parcours.
Q : Quel(s) conseil(s) donneriez vous aux organisations professionnelles en actuariat concernant l’engagement des membres les plus jeunes?

R : Les organisations comme l’ICA, la SOA, la CAS et l’American Academy of Actuaries (AAA) font toutes de gros efforts pour atteindre leur auditoire plus jeune et leur base d’étudiants. Par exemple, la SOA a tenu son premier évènement de connexion avec les candidats à Montréal il y a quelques mois, alors que l’ICA et l’ASNA organisent un évènement conjoint qui se tiendra au mois d’août de 2017. Traditionnellement, les organisations professionnelles se sont concentrées sur leurs membres juniors plutôt que sur les étudiants, toutefois, présentement elles s’engagent de manière plus active auprès des étudiants universitaires. Elles supportent aussi les universités qui offrent des nouveaux programmes en actuariat; par exemple, la nouvelle concentration en actuariat à l’Université St-Francis Xavier, fondée avec l’aide de notre collègue Jackie Mackay. J’ai aussi discuté avec la SOA concernant son rayonnement auprès des étudiants de niveau des écoles secondaires, afin de disséminer plus tôt la sensibilisation sur ce domaine d’activités. Je crois que tous ces efforts font de plus en plus de progrès dans la bonne direction en vue de mieux soutenir la relève en actuariat, et l’ASNA souhaite absolument continuer à faire partie de ce mouvement.

Victor Wang, étudiant de quatrième année en économie et science actuarielle à l’University of Toronto, est le président pour 2017-2018 de l’ASNA (Actuarial Students’ National Association) au Canada. Vous pouvez le joindre à l’adresse president@anea-asna.ca ou à l’adresse victor@pula-advisors.com.

Sharing is caring.
  • Subscribe to our feed
  • Tweet about this post
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn

Discussion

No responses to "Looking to the Future: An Interview with Victor Wang, ASNA President 2017/2018"

There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment