07Sep2017
Author
SOA Blog
Category
Canada
Tags

Experiments and Course Corrections as Ways of Living, with an SOA Canadian Illustration

En français
by Ben Marshall

Ralph Waldo Emerson wrote in his Journals * “All life is an experiment. The more experiments you make the better.” His words are an important reminder for us to not only live life to the fullest, but to learn from the things that we do.

I was at the centre of an experiment that the Society of Actuaries (SOA) tried on behalf of its Canadian members this spring. For continuing education and professional development needs, we felt that there was significant merit in providing Canadian content for our Canadian members at the jointly sponsored ERM Symposium in April, the SOA’s Life & Annuity Symposium in May, and the SOA’s Health Meeting in June. The theory was that these larger meetings provided a broad curriculum and great networking opportunities in these specialized areas of practice, so that by supplementing the non-nation-specific session offerings with Canadian content in each time slot, there would be enough value to attract and serve a significant number of Canadian members at these meetings.

We went about recruiting Canadian speakers and developing a Canadian track during late 2016 and early 2017. In addition, we heavily promoted the Canadian track offerings to Canadian members who practice in these specialty areas, through blast email announcements during the months leading up to each meeting, through the SOA News Canada newsletter, through personal emails and calls, and through the Canadian home page of the SOA website.

We are now learning, as should be the case with any experiment, from the things that we did. The Canadian sessions were among the most highly rated sessions at each of these meetings. The content was excellent, as were the speakers. However, the number of Canadians attending each meeting was disproportionately low relative to our overall Canadian membership, and did not meet our numeric goals (which were set even lower than proportional representation) for Canadian participation. Most of the Canadian sessions were largely attended (and obviously valued) by American rather than Canadian attendees. While that’s a worthwhile outcome, it was not the primary goal. The primary goal was to better serve our Canadian members.

In reaching an objective, whether a personal or corporate goal, one of the most important skills we can bring to the table as individuals is that of “course correction.” When an airplane or spacecraft gets off track on its trajectory toward a target destination, it must be put back on the right path by adjustments to its speed and direction. Likewise, we must recognize when a decision or action has put us on a path that does not lead to our personal or corporate goal, and then take the necessary steps to change course in order to reach the goal.

The experiment this spring showed us that better service to our Canadian members would not take place at the regularly scheduled SOA spring specialty meetings, and that a “course correction” was needed. The nature of the course correction should depend on the reasons that the experiment failed to produce the intended results.

The results of our recent SOA member survey, which we were able to partition for responses from our Canadian members, provide a strong indicator of the course correction that is needed. One of the top three Canadian responses to the question “Which of the following would improve your SOA membership?” was “In-person meetings and seminars in Canada held in partnership with the CIA” at 64 percent, whereas “In-person meetings and seminars NOT located in Canada, but focusing on Canadian content” ranked near the bottom of the list at 23 percent. The spring specialty meetings noted above were all held in the United States (New Orleans, Seattle and Hollywood, Florida), requiring significant use of time and travel expenses in order for Canadian members to attend.

Therefore, we will be “course-correcting” in 2018. First and foremost, several of our SOA professional development and continuing education offerings to Canadians will be held in Canada (not in the United States) in 2018. Secondly, rather than hosting multiday events requiring hotel stays, we will focus on single-day events in highly accessible locations for large numbers of our members, thereby eliminating employer and personal concerns about travel costs and significant time away from home and office. Thirdly, and perhaps most exciting to me personally, we are beginning to actively assess joint partnership with our friends and colleagues at the Canadian Institute of Actuaries (CIA) on many of these events, and it appears to be a desired direction of both organizations. I have been invited to the CIA’s headquarters in Ottawa in September to brainstorm and plan together for 2018 professional development and continuing education events.

A special note about the SOA Annual Meeting is in order. It draws members from all over the world and provides a platform to highlight Canadian members and Canadian issues to a more global audience, so we will continue to recruit speakers and topics from Canada (as well as Canadian members generally) to the Annual Meeting each year. And, by a wonderful happenstance of planning that began several years in advance, we will be holding our SOA Annual Meeting in Toronto in 2019!

In the spirit of Emerson, we will continue to experiment and to learn from our decisions and actions. And when we see that we’re not on target to reach our goal of better serving our Canadian members and their stakeholders, we will continue to make course corrections!

Ben Marshall, FSA, FCIA, CERA, MAAA, is SOA staff fellow, Canadian membership. He can be reached at bmarshall@soa.org.

*Journals of Ralph Waldo Emerson, with Annotations—1841–1844, by Ralph Waldo Emerson.

Les expérimentations et les corrections de trajectoire comme mode de vie, avec une illustration concernant la section canadienne de la SOA

par Ben Marshall

Ralph Waldo Emerson écrivait dans ses « Journals» * : « Toute vie est une expérimentation. Plus d’expérimentations vous ferez et mieux ce sera. » Ses mots constituent un rappel important pour nous à l’effet de non seulement vivre notre vie le plus possible, mais aussi d’apprendre le plus possible de ces choses que nous faisons.

J’ai été ce printemps au centre d’une expérimentation que la Société des actuaires (SOA) a essayé pour le compte de ses membres canadiens. Aux fins d’enseignement continu et de développement professionnel, nous ressentions qu’il y avait un mérite important à fournir du contenu canadien pour nos membres canadiens. Aussi, au Symposium sur la gestion de risque commandité conjointement en avril, au Symposium Life & Annuity de la SOA en mai, et à la réunion sur la santé de la SOA en juin. La théorie était que ces plus grandes réunions offraient un vaste curriculum et d’excellentes opportunités de réseautage dans ces secteurs de pratique spécialisée, ainsi en supplémentant les offres de sessions non-spécifiques aux nations avec du contenu canadien dans chaque case horaire, cela permettrait d’offrir suffisamment de valeur pour attirer et servir un nombre important de membres canadiens lors de ces réunions.

Nous avons entrepris de recruter des intervenants canadiens et de développer une voie canadienne vers la fin de 2016 et le début de l’année 2017. De plus, nous avons fortement promu les offres d’une voie canadienne aux membres canadiens en pratique dans ces secteurs de spécialité, par le biais des blitz d’annonces par courriel survenus au cours des mois précédant chaque réunion, par le biais du bulletin SOA News Canada, par le biais d’appels et de courriels personnels, et sur la page d’accueil canadienne du site Web de la SOA.

Nous apprenons maintenant, comme cela doit se faire dans le cadre de toutes les expérimentations, de ces choses que nous avons faites. Les sessions canadiennes ont figurées parmi les sessions les plus appréciées à chacune de ces réunions. Le contenu était excellent, tout comme les intervenants. Cependant, le nombre de canadiens ayant assisté à chaque réunion était faible, de manière disproportionnée, relativement à notre adhésion au Canada, et il n’a pas rencontré nos objectifs de nombre de participants (lesquels étaient établis encore plus bas que la représentation proportionnelle) pour la participation canadienne. La plupart des sessions canadiennes ont fait l’objet d’une participation étendue (et ont été visiblement appréciées) par des américains plutôt que par des participants canadiens. Même s’il s’agit d’un résultat valable, ce n’était pas notre objectif principal qui consistait à mieux servir nos membres canadiens.

Pour atteindre un objectif, que ce soit un objectif personnel ou corporatif, une des compétences les plus importantes que nous puissions amener sur la table en tant qu’individus est celui de la « correction de trajectoire. » Quand un avion ou un vaisseau spatial quitte sa trajectoire vers sa destination ciblée, il doit être remis sur la bonne voie par le biais d’ajustements à sa vitesse et à sa direction. Dans la même veine, nous devons le reconnaître lorsqu’une décision ou une action nous a placé sur une trajectoire qui ne mènera pas à notre objectif personnel ou corporatif, et prendre les actions nécessaires pour changer la trajectoire afin d’atteindre ces objectifs.

L’expérimentation de ce printemps a démontré que de mieux desservir nos membres canadiens ne pourrait pas survenir lors des réunions spécialisées de la SOA du printemps, et qu’une « correction de trajectoire » s’imposait. La nature de cette correction de trajectoire doit dépendre des raisons pour lesquelles l’expérimentation à manqué à produire les résultats escomptés.

Les résultats de notre récent sondage effectué auprès des membres de la SOA, pour lesquels nous avons été en mesure de faire la répartition des réponses de nos membres canadiens, nous fournissent un puissant indicateur à l’effet qu’une correction de trajectoire est requise. Une des trois réponses les plus fréquentes des membres canadiens à la question « Choisissez les éléments qui pourraient améliorer le plus votre adhésion au sein de la SOA? » a été la suivante : « Des réunions et des séminaires en personne au Canada tenues en partenariat avec l’ICA » à 64 %, alors que « les réunions et des séminaires en personne NON localisés au Canada, mais qui se concentrent sur du contenu canadien » ont tenu le bas de la liste, avec seulement 23 %. Les réunions spécialisées tenues au printemps mentionnées ci-dessus ont été tenues aux États-Unis (en Nouvelle Orléans, à Seattle et à Hollywood en Floride), et elles ont exigé un recours important à du temps et à des dépenses de voyage pour les membres canadiens qui y ont participé.

En conséquence, en 2018, nous entendons « corriger la trajectoire ». D’abord, et le plus important, plusieurs des offres de la SOA pour 2018 en développement professionnel et en enseignement continu pour les canadiens se tiendront au Canada (non pas aux États-Unis). Deuxièmement, plutôt que de tenir des évènements qui se déroulent sur plusieurs jours et qui nécessitent de séjourner à l’hôtel, nous nous concentrerons sur des évènements d’une seule journée, tenus dans des emplacements hautement accessibles pour un grand nombre de nos membres, en vue d’éliminer le souci personnel et de l’employeur concernant les coûts de voyagement et la grande période de temps passé loin du bureau et de la maison. Troisièmement, et possiblement ce qui est le plus intéressant personnellement pour moi, nous commencerons à considérer des partenariats conjoints avec nos amis et collègues de l’Institut Canadien des Actuaires (ICA) sur plusieurs de ces évènements. Heureusement, cela semble être la direction souhaitée par les deux organisations. J’ai été invité au siège social de l’ICA à Ottawa en septembre pour lancer des idées et planifier ensemble les évènements de 2018 du développement professionnel et de l’enseignement continu.

Une note spéciale concernant la réunion annuelle de la SOA est à l’ordre du jour. Elle attire les membres de partout dans le monde et offre une plateforme pour souligner les questions chères aux membres canadiens, et les problèmes des canadiens pour un auditoire plus global. Ainsi, nous allons continuer de recruter des intervenants et des sujets du Canada (ainsi que les membres canadiens en général) à la réunion annuelle, à chaque année. Et, grâce à l’heureux hasard d’une planification qui a débuté plusieurs années plus tôt, nous tiendrons notre réunion annuelle de la SOA en 2019 à Toronto!

Dans l’esprit d’Emerson, nous devons continuer à expérimenter et à apprendre de nos décisions et de nos actions. Et lorsque nous verrons que nous n’avons pas atteint la cible pour réaliser nos objectifs visant à mieux servir nos membres canadiens et leurs partenaires, nous continuerons à faire des corrections de trajectoire!

Ben Marshall, FSA, FICA, CERA, MAAA, est l’actuaire agréé affecté au membership canadien de la SOA. Vous pouvez communiquer avec lui à l’adresse bmarshall@soa.org.

*Journals of Ralph Waldo Emerson, with Annotations—1841-1844, par Ralph Waldo Emerson.

Sharing is caring.
  • Subscribe to our feed
  • Tweet about this post
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn

Discussion

No responses to "Experiments and Course Corrections as Ways of Living, with an SOA Canadian Illustration"

There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment