13Feb2017
Author
SOA Blog
Category
Actuarial Science, Canada, Candidates

President-Elect Mike Lombardi Shares His Passion for Actuarial Work with Candidates and Students at the January ASNA Meeting

En français
Good evening. Bon soir.

Being here with hundreds of you—representing the future of the actuarial profession as I prepare to lead the Society of Actuaries (SOA)—is a wonderful way to start off the year. I hope to learn more from you about this stage of your journey in becoming an actuary and, at the same time, share with you a small part of my own experiences and lessons learned.

My passion for my work as an actuary is as keen today as it was when I was a young actuarial student. During my career I have had many rewarding experiences. I did some very interesting work and collaborated with and learned from some leading actuaries. For example, I was senior vice president and chief actuary of a multinational insurance company before the age of 30. I ran a consulting practice where I became a partner when I was 40. I was elected president of the Canadian Institute of Actuaries (CIA) before 50, and I joined an international reinsurance company where I established and ran their Mergers & Acquisitions division in Europe.

Things have changed a lot since I began my career:

  • Personal computers did not exist.
  • Calculators had only been in existence a few years.
  • There was no email capability—correspondence, especially international correspondence, took place by formal written letters and it was not unusual to wait several weeks or even months for a reply.
  • None of us typed any memos or letters.
  • Telephones were black rotary dial handsets and they were so rare that a department of 10 people often shared just one phone.

Regardless of how the work environment evolves over your own future, my advice to you is to be prepared. Be prepared to adapt, contribute and maintain your value.

 One question I often get asked is: How and why did I become an actuary?

The way you become an actuary has certainly changed since I was in your shoes. Let’s turn the clock back 40 years. Back then, and like many of you, I was thinking of what I should do when I grow up. I was great at math but it seemed more like a hobby than the basis of useful career.

Nobody in my high school knew what an actuary was. I asked for career advice from my teachers and I received the same answer from my math teacher as I did from my Latin teacher—“You know, Mike, you could always teach.”

I wanted to work as a professional or become a leader in business. So, for a while, I decided, very reluctantly, that it was time to give up my fascination with math and get on with life. I set my mind to more serious pursuits—I was going to become a doctor!

What did I do?

  • I enrolled in a university pre-med program,
  • I took biology courses,
  • I bought a white lab coat,
  • I did laboratory work,
  • I dissected frogs, and
  • I looked through microscopes.

It was not thrilling—it was OK—and anyway I saw no better option.

So, I enrolled in a university pre-med program and began studying biology. I bought my white laboratory coat, looked through microscopes, conducted lab work and dissected frogs. To me it was not thrilling, and I had yet to find a better career option.

Then one day I came across a posting from an insurance company looking for actuarial trainees for the summer. A key requirement was one had to be studying in a math program, which I was not. But I asked for more information to learn what an actuary did, and I was sure I could convince them to at least ask me for an interview.

The more I learned about it, the more excited I got. It sounded amazing—too good to be true. I could have a professional career and I could be in business. I wouldn’t have to dissect frogs and I would be doing what I really loved … math!

I learned then, as I know you will as well, that:

  • Actuaries are highly sought-after professionals with prestigious, rigorous credentials.
  • Actuaries are trusted advisers and leaders in measuring and managing financial risks.
  • Actuaries focus on important societal issues impacting the public and our employers.
  • Actuaries develop and communicate solutions for complex financial

So what happened? I really impressed the interviewer with my math background and knowledge of the profession … and they gave me a chance. I had finally found my true calling. Next semester, I made it official. I switched out of pre-med and into honors math, and I have never looked back.

What else did I learn? I learned the importance of believing in yourself and the value of preparing carefully for a job interview.

Success in your career relies on three important job skills: observing, learning and emulating.

Lifelong learning is your key to success. In addition to self-study, take advantage of opportunities to volunteer for projects or job rotations, or get positions with more responsibility and keep repeating that process.

Be open to new ideas from your family and friends, your professors, your peers and your employers. You never know where your next opportunity will come from.

One more lesson, work with the best! I was fortunate to collaborate with and learn from some of the smartest people in the business.

Remember, when considering a position, focus on what you will be learning, who you will be learning it from, and how this will help you grow.

Salary and benefits should not be your top priority—don’t worry, they will come with experience.

Don’t hesitate to reach out to other actuaries—newly-minted or well-experienced! They can be a helpful resource to you.

Your first job will be important. Mine was in pensions. I worked in the withdrawals department of an insurance company that invested pension funds on behalf of employers. I learned a valuable lesson. I am sure you, too, will sometimes face a similar dilemma: What do you do when you have a better idea or way of doing things and the organization is not ready to listen to you?

The lesson I learned was that, when you are new to a job, your first priority should not be to show off how smart you are—your initial priority should be to integrate into the team. It is important to gradually gain trust and acceptance as a member of the team. Only after you have shown respect and earned that trust will you be taken seriously.

Let me tell you about a boss who taught me a lot—Geoff, head of the Canadian actuarial division in Prudential of England. He went on to become chief actuary of Manulife.

Geoff was a few years older than me, he was a genius, and he was one of those no-nonsense bosses who valued clarity of communication and using time efficiency.

For example, Geoff always arrived five to 10 minutes early to any meeting so that it would start at the scheduled time. If you showed up even a minute late, he made sure it never happened again. Every meeting had a clear purpose with the agenda, topics and presenters prepared in advance. Anyone who was needed for a final decision was expected to be present at the meeting to avoid wasting time and repeating the same discussion all over again. The worst mistake I could make was to surprise Geoff with excuses about an incomplete assignment or with no idea how to deal with an emerging obstacle.

What did I learn from my mentor?

  • I learned the habits of timeliness, accountability and follow-up.
  • I learned to do the work I committed to do, without excuses.
  • I learned how to improve my planning and communication in order to anticipate and answer my boss’s questions.
  • I learned how to manage expectations and overcome obstacles.
  • I learned that time matters: to show up on time, to run meetings effectively and efficiently, and to stay focused on the goals.

As actuaries we are expected to work hard and to use our key skills to solve problems and to add value. I faced such a challenge when I was in charge of an accounting department and was considering work process innovations.

As head of the department, I decided to automate the accounting and actuarial processes. I had learned to program during a previous job rotation and was ready to tackle this new challenge. My boss trusted me and my team and he was very supportive.

We turned a 15-day pencil-and-paper process into a two-day process—with the added benefit of greater accuracy, deeper insights on profitability and better decision-making information. The company management was extremely impressed and thought actuaries were super-human. We obviously made a great impression.

While success was clearly the result of dedicated team effort, the technical challenges were not complicated. They were rather simple from an actuarial perspective, which is another point I want to emphasize.

The solutions you come up with don’t always need to be complicated or leading-edge solutions—sometimes simple solutions that can be quickly and effectively executed and communicated are more than sufficient.

As I said, we cooperated as a team to come up with the solution. Whenever we discuss cooperation, be aware of work culture and personality types.

Why work culture? Culture is a key factor you should always take into account. Every company and country has a different work culture. For example, in some companies collaboration and team work are the rule; in others it may be more “follow the leader.” You need to figure this out early. Some companies are centralized, meaning all decisions require the approval of a small group in the head office, while in decentralized companies many decisions are delegated to the different departments or different international operations. When you go to business meetings for the first time—which includes telephone meetings and interviews—recognize that some executives do not want to get immediately to business.

It is important to understand work culture and the business styles you may encounter. For example, be sensitive and aware of the different personalities in your audience and how to deal with each. Keep in mind that some people want to control their world and your activities, while others focus on accuracy and cannot tolerate errors. Others may emphasize maintaining good relationships. Some people may have a relaxed sense of time, and others are focused on urgently completing work.

With decision-making, it’s a good idea to seek out different opinions from people with different personal, technical, or organizational backgrounds—in diversity there is strength and a wealth of ideas.

In my current role as president-elect of the SOA, collaboration is very important. For example:

  • I regularly speak with my president-elect counterparts from the other actuarial organizations to gain a sense of how we operate and to better work together during our presidential year.
  • The CIA and the SOA have jointly developed research projects looking at health costs in Canada and around the world.
  • The Actuaries Climate Index research tool—developed jointly through the CIA, American Academy of Actuaries, the Casualty Actuarial Society and the SOA—helps others to understand the impact of extreme weather in Canada and the United States.
  • We are again collaborating to build the next phase of our climate research, the Actuaries Climate Risk Index.

Keeping abreast of emerging topics is an important SOA activity. Let me say a few words about predictive analytics.

Predictive analytics and modeling is a growth opportunity for actuarial work around the world.

There is a need for actuaries to work in predictive modeling in Canada, the United States, and globally. Actuaries are working with data scientists and predictive analytics in the general insurance and health fields to help predict, evaluate and reduce risk.

We are incorporating predictive analytics in the SOA’s curriculum.

We are identifying new career paths to apply actuarial skills, such as through the SOA’s Cultivate Opportunities Team, and through joint efforts with the other actuarial organizations and employers.

Predictive analytics reminds us that it’s how actuaries use data that makes us stand apart—that is, we understand what data is relevant to the issue, we translate data into information, and we effectively communicate that knowledge to help make important decisions.

I am sometimes asked: Will we need actuaries in the future? Won’t all our work be done some day by computers?

To which I respond with a story about doctors and diagnostics.

Suppose you went to a hospital and wanted to know what’s wrong with your health and what you could do about it.

The hospital staff could run all sorts of computer tests and produce hundreds of accurate measurements that read something like the following:

  • Your A1C level is at 6.2 percent.
  • Your creatinine is 150.
  • Your GFR is at 80.
  • Your FBS is 7.0.
  • Your VO2 is now at 41.

Someone on the hospital staff says, “Isn’t this computer great? It’s going to replace doctors and technicians. I suppose you know what’s wrong with you now and what you need to do to get better. Right?”

And you are probably going to answer something like, “I really don’t understand all this complex output. Can I get a medical expert who can understand it? Please explain what it means in terms I can understand, and what course of action to take.”

And that is exactly what an actuary does. Actuaries may use computers to do some of the work or process data, but the true value of the actuary is to communicate, advise, monitor, recommend action and highlight any risks.

As an actuary, you need to be well-rounded to do the work and to effectively communicate it. To progress in your career, it is important to build upon your technical and business skills. By volunteering and contributing you make yourself known to a broader group of individuals and benefit from the diversity of ideas and other leaders. So look for those opportunities as a way for you to grow and stand out. Offer to write articles and papers, help with research, make presentations at meetings, and mentor others.

When I was campaigning to become president of the Society of Actuaries, my strength was my history of more than 30 years of leadership and volunteering in the profession. I had written articles and papers; I had run departments exceeding 300 people; I had presented at actuarial meetings; I had traveled internationally on business; and I had mentored others.

People recognized me and wanted to hear about my election platform. As I describe my platform, you may recognize themes about collaboration, culture, adapting, managing expectations and lifelong learning—all of which I described earlier.

So, here in brief are my top three priorities for my presidential term.

  1. Collaboration with other associations. We must work together, and in partnership with other organizations.
  2. International developments. The SOA is an international organization with a rapidly expanding international member base. To remain effective, we need to provide tailored services to our international members and to foster a sense of community with all members, regardless of where they are located.
  3. Expand actuarial opportunities. The actuarial profession faces competition from others for the best and brightest candidates. We must enhance the value of our credentials and promote our members’ skills in order to create opportunities with both new and existing employers.

I do realize that your journey will not be the same as mine. You will encounter new opportunities and face different challenges and many career-changing decisions. Keeping current is the best way to position yourself to capitalize on those opportunities.

Seeing you in this room—with your vibrant energy and eagerness to face the world—gives me great confidence in the future of our profession.

Mike Lombardi, FSA, FCIA, CERA, MAAA, is president-elect of the Society of Actuaries. He can be reached at mlombardi@soa.org.

Le président élu Mike Lombardi partage sa passion pour le travail actuariel avec des candidats et des étudiants, lors de la réunion de l’ASNA de janvier

Bonsoir.

Je tiens à remercier M. Carlo Lahura, président de l’ASNA (Actuarial Students National Association), et M. Victor Wang, président élu de l’ASNA, pour l’organisation de cet évènement, et de m’avoir invité ici, pour ce qui promet de battre des records pour une conférence de l’ASNA. C’est un évènement parfait pour faire des liens avec vos pairs, pour en apprendre plus sur les employeurs et pour parler avec des actuaires de votre profession.

« Me retrouver avec des centaines d’entre vous—qui représentez l’avenir de la profession d’actuaire alors que je me prépare à diriger la Société des actuaires (SOA) —quelle belle façon d’entreprendre la nouvelle année. Je souhaite en apprendre plus sur vous et sur cette étape de votre projet de carrière d’actuaire, et du même coup, raconter aussi certaines de mes propres expériences et des leçons que j’en ai tirées. »

« Ma passion pour le travail d’actuaire est aussi vive qu’elle l’était pendant mes études en actuariat. Au cours de ma carrière, j’ai vécu de nombreuses expériences très enrichissantes. J’ai eu l’occasion de faire du travail des plus intéressants tout en collaborant, et en apprenant, avec des actuaires parmi les plus en vue de la profession. Par exemple, j’ai été premier vice-président et actuaire en chef pour une multinationale en assurances avant l’âge de 30 ans. J’ai dirigé une pratique de consultation de laquelle je suis devenu associé à l’âge de 40 ans. J’ai été élu président de l’Institut canadien des actuaires (ICA) avant l’âge de 50 ans, et j’ai rejoint les rangs d’une société internationale de réassurance, pour laquelle j’ai établi et dirigé leur division des fusions et acquisitions en Europe.

Les choses ont beaucoup changées depuis le début de ma carrière:

• Les ordinateurs personnels n’existaient pas.
• Les calculatrices n’existaient que depuis seulement quelques années.
• Nous n’avions pas de système de correspondance par courriel, et la correspondance, particulièrement la correspondance internationale, se faisait par le biais de lettres formelles, et il était courant d’attendre plusieurs semaines, voire des mois, avant de recevoir une réponse.
• Personne d’entre nous ne pouvait taper une lettre ou un mémo.
• Nous utilisions des téléphones noirs à cadran rotatif, mais ils étaient si rares qu’un service comptant 10 personnes partageait souvent un seul téléphone.

Peu importe comment l’environnement évoluera au cours de votre propre futur, mon conseil demeure le même : Soyez préparés. Soyez préparés à vous adapter, à contribuer et à maintenir votre valeur.

On me pose souvent la même question: Pourquoi et comment suis-je devenu actuaire?

La façon de devenir actuaire a grandement changé depuis que j’étais à votre place. Remontons l’horloge de quarante ans. À l’époque, et comme plusieurs parmi vous, je réfléchissais à ce que je pourrais devenir dans le futur. J’excellais en mathématiques mais je considérais mes capacités plus utiles comme passe-temps que comme la base d’une carrière utile.

Personne dans mon école ne savait ce qu’était un actuaire. J’ai demandé des conseils de carrière auprès de mes professeurs, et je recevais toujours la même réponse, tant de mes professeurs de mathématiques qu’avec mon professeur de Latin —« tu sais Mike, tu pourras toujours enseigner. »

Je cherchais à travailler comme professionnel ou à devenir un chef de file du domaine des affaires. Il faut dire aussi que pendant un moment, j’avais décidé, non pas sans résistance, que j’allais oublier ma fascination pour les mathématiques et faire ma vie. J’ai alors conclu de poursuivre un but plus sérieux—j’allais devenir médecin!

Qu’est-ce que j’ai fait?
• Je me suis inscrit à un programme de pré-médecine à l’université,
• J’ai pris des cours en biologie,
• Je me suis acheté une veste de laboratoire, blanche,
• J’ai fait du travail de laboratoire,
• J’ai disséqué des grenouilles, et
• J’ai utilisé des microscopes.

Ce n’était pas vraiment stimulant—mais c’était correct—et de toute manière, je ne voyais pas de meilleure option.

Ainsi, je me suis inscrit à un programme de pré-médecine et j’ai commencé à étudier la biologie. Je me suis acheté une veste de laboratoire, blanche, j’ai regardé au travers des microscopes, fait des travaux de laboratoire et disséqué des grenouilles. Je ne trouvais pas cela particulièrement stimulant, et je devais toujours trouver une meilleure option de carrière.

Puis un jour, j’ai vu l’affichage d’une compagnie d’assurances qui cherchait des actuaires stagiaires pour un travail d’été. Une des principales exigences consistait en des études dans un programme de mathématique, et je ne l’avais pas. J’ai décidé de chercher plus d’information et d’apprendre ce que faisait un actuaire, j’étais certain que je pourrais les convaincre au moins de me rencontrer en entrevue.

Plus j’en apprenais sur cette carrière, et plus cela m’intéressait. Tout ça semblait fascinant—presque trop beau pour être vrai. Je pourrais y entreprendre une carrière de professionnel et je pourrais faire des affaires. Je n’aurais plus besoin de disséquer des grenouilles et je pourrais enfin faire ce que j’aimais réellement … des mathématiques!

Ce que j’ai appris alors, et je sais que vous aussi, c’est que:
• Les actuaires sont des professionnels très recherchés, qui ont des lettres de créances prestigieuses et rigoureuses.
• Les actuaires sont des conseillers dignes de confiance, et les chefs de file dans la mesure et la gestion des risques financiers.
• Les actuaires se concentrent sur des problèmes sociétaux importants, qui ont un impact sur le grand public et sur nos employeurs.
• Les actuaires développent et communiquent des solutions pour des problèmes financiers complexes.

Que s’est-il passé? J’ai réussi à impressionner l’interviewer grâce à mes antécédents en mathématique et ma connaissance de la profession … et ils m’ont donné ma chance. J’y ai trouvé un véritable appel. Au prochain semestre, j’ai rendu cela très officiel et j’ai abandonné mes études pré-médicales pour honorer mes aptitudes en mathématique, je ne l’ai jamais regretté.

Qu’est-ce que j’ai appris d’autre? J’ai appris l’importance de croire en soi, et toute la valeur d’une préparation soignée pour une entrevue d’embauche.
Le succès dans votre carrière dépend de trois compétences importantes : L’observation, l’apprentissage et l’émulation.

Un apprentissage sur toute une vie est la clé du succès. En plus de votre auto-apprentissage, prenez avantage des opportunités de bénévolat pour des projets, ou des rotations des emplois, ou obtenez des emplois avec plus de responsabilité et répétez ces processus de manière continue.

Restez ouverts aux nouvelles idées en provenance de votre famille et de vos amis, de vos professeurs, de vos pairs et de vos employeurs. On ne sait jamais d’où proviendra la prochaine opportunité.

Une autre leçon que j’ai apprise, est qu’il faut travailler avec les meilleurs! J’ai eu la chance de collaborer, et d’apprendre, avec des personnes parmi les plus brillantes du domaine des affaires.

Rappelez-vous, lorsque vous considèrerez une position, de mettre l’emphase sur ce que vous allez apprendre, de qui vous l’apprendrez, et sur comment cela vous aidera à croître.

Le salaire et les avantages ne devraient être vos principales ou uniques priorités—et ne vous en faites pas, ils viendront avec l’expérience.

N’hésitez pas à contacter d’autres actuaires—des diplômés récemment aux plus expérimentés! Ils et elles peuvent être une ressource importante pour vous.

Votre premier emploi sera important. Le mien fut dans le domaine des régimes de retraite. J’ai travaillé au service des retraits d’une compagnie d’assurances qui avait investi dans des fonds de pension pour le compte des employeurs. J’y ai appris une importante leçon, et je suis certain que vous aussi rencontrerez un tel dilemme à l’occasion : Que faire si vous avez une meilleure idée ou une meilleure manière de faire les choses, et que l’organisation n’est pas prête à vous écouter?

Voici la leçon que j’ai apprise : Quand vous êtes nouveau dans un emploi, votre principales priorité ne doit pas être de montrer à quel point vous êtes brillant—votre priorité initiale doit être de bien vous intégrer dans l’équipe. C’est important de gagner graduellement la confiance et l’acceptation en qualité de membre de l’équipe. C’est seulement après avoir démontré du respect et avoir mérité cette confiance que vous serez pris au sérieux.

J’aimerais vous parler d’un patron duquel j’ai beaucoup appris—Geoff, le chef de la division actuarielle canadienne de la compagnie Prudential of England. Il est ensuite devenu actuaire en chef chez Manulife.
Geoff était un peu plus âgé que moi, c’était un génie, et c’était aussi un de ces patrons raisonnables qui apprécient la clarté de communication, et qui utilisent le temps de manière efficace.

Par exemple, Geoff arrivait toujours entre 5 et 10 minutes à l’avance pour une réunion, pour assurer qu’elle puisse commencer à l’heure prévue. S’il vous arrivait de vous y présenter ne serait-ce qu’une minute en retard, il s’assurait que cela n’arriverait jamais plus. Chaque réunion devait avoir un objectif précis et comporter un agenda, des sujets clairs et les présentateurs devaient arriver fins prêts des suites d’une bonne préparation. Toute le monde qui serait requis pour une décision finale devait être présent à la réunion, afin d’éviter de perdre du temps et de répéter la même discussion à nouveau. La pire erreur que j’aurais pu faire aurait été de surprendre Geoff avec des excuses pour une assignation incomplète ou avec aucune idée pour réagir à un obstacle émergeant.

Qu’est-ce que j’ai appris de mon mentor?
• J’ai acquis les habitudes du respect des délais, l’imputabilité et l’importance des suivis.
• J’ai appris à faire le travail pour lequel je m’étais engagé, sans excuse.
• J’ai appris comment améliorer mes compétences en planification et en communication, ce qui me permettait de mieux anticiper et répondre aux questions de mon patron.
• J’ai appris comment gérer les attentes et à surmonter les obstacles.
• J’ai appris que le temps est important : Arriver à l’heure, diriger des réunions de manière effective et efficace, et à rester concentré sur les objectifs.

En qualité d’actuaires, il est attendu de nous de travailler fort et d’utiliser nos principales compétences pour résoudre les problèmes, et pour ajouter de la valeur. J’ai été confronté à un réel défi alors que j’ai été en charge d’un service de comptabilité, et que je devais considérer des innovations aux processus de travail.
En qualité de chef de ce service, j’avais décidé d’automatiser les processus de comptabilité et actuariels. J’avais appris à faire de la programmation lors d’une rotation d’emploi antérieure, et j’étais prêt à m’attaquer à ce nouveau défi. Mon patron avait confiance en moi et mon équipe, et il m’a offert tout son soutien.

Nous avons alors transformé un processus qui prenait 15 jours avec un crayon et du papier en un processus qui ne prenait plus que 2 jours—avec l’ajout des avantages d’une meilleure précision, d’une meilleure compréhension sur la profitabilité et d’une information qui favorisait la prise de meilleures décisions. La direction de l’entreprise a été très impressionnée, elle pensait même que les actuaires faisaient partie d’une classe sur super-humains. Nous avons définitivement fait une excellente impression.

Bien que le succès ait été clairement le résultat des efforts d’une équipe très engagée, les défis techniques n’étaient pas si compliqués. Je dirais que d’une perspective d’actuaire, ils étaient plutôt simples, et c’est un autre point sur lequel je veux vous entretenir.

Les solutions que vous proposez n’ont pas toujours besoin d’être compliquées ou d’être à la fine pointe—quelquefois, des solutions simples qui peuvent être exécutées rapidement et efficacement, et bien communiquées, peuvent s’avérer plus que suffisantes.

Comme je le disais, nous avons travaillé en équipe pour obtenir la bonne solution. Et à chaque fois qu’il sera question de coopération, il vous faudra prendre en compte la culture organisationnelle et les types de personnalité.

Pourquoi la culture organisationnelle? La culture est un des principaux facteurs que vous devrez toujours prendre en compte. Chaque compagnie et chaque pays compte une culture organisationnelle distincte. Par exemple, dans certaines compagnies la collaboration et le travail d’équipe sont la règle; alors que dans d’autres entreprises, elle peut être plus orientée sur un modèle du genre « suivez le leader. » Vous devez le réaliser rapidement. Certaines compagnies sont plutôt centralisées, ce qui signifie que les décisions exigent l’approbation d’un petit groupe de gens au siège social, alors que dans les compagnies décentralisées, de nombreuses décisions sont déléguées aux divers départements ou à diverses opérations internationales. Quand vous assistez à une réunion pour la première fois—qu’il s’agisse d’une réunion par téléconférence ou d’une entrevue—vous devez reconnaître aussi le fait que certains dirigeants ne veulent pas passer immédiatement aux affaires.

Il est important de comprendre la culture organisationnelle et le style d’entreprise que vous pourrez rencontrer. Par exemple, vous devez être sensible et conscient des différentes personnalités qui se trouvent parmi l’auditoire, et comment traiter avec chacune. N’oubliez pas que certaines personnes veulent contrôler leur monde et vos activités, alors que d’autres vont plutôt se concentrer sur la précision et ne pourront pas tolérer les erreurs. D’autres peuvent mettre l’emphase sur le maintien des bonnes relations. Certaines personnes ont un sens du temps qui est plus souple, et d’autres se concentrent surtout sur le fait de réaliser le travail le plus rapidement possible.

En ce qui concerne la prise de décision, c’est une bonne idée de chercher les opinions d’autres personnes, qui ont des antécédents différents tant personnels, techniques qu’en matière d’organisation—la diversité regorge de forces et compte une multitude d’idées.

Dans mon présent rôle de président élu de la SOA, la collaboration est très importante. Par exemple:
• Je parle régulièrement avec des présidents élus d’autres organisations actuarielles, pour mieux comprendre comment nous évoluons, et comment mieux travailler ensemble pendant nos années comme présidents.
• L’ICA et la SOA ont des projets de recherche développés conjointement et qui étudient les coûts des soins de santé de partout au Canada et autour du monde.
• L’outil de recherche des actuaires sur l’index climatique—est développé conjointement avec l’ICA, l’American Academy of Actuaries, la Casualty Actuarial Society (CAS) et la SOA—et il aide les autres à mieux comprendre l’impact des conditions météo extrêmes, au Canada et aux États-Unis.
• Nous travaillons encore en collaboration pour bâtir la prochaine phase de notre recherche sur le climat; l’index climatique par les actuaires (Actuary Climate Index).

Demeurer au fait des sujets émergents est une préoccupation importante pour les activités de la SOA. J’aimerais aussi dire quelques mots au sujet de l’analyse prédictive.

L’analyse prédictive et la modélisation sont des opportunités de croissance pour le travail actuariel, partout dans le monde.

Il y a un réel besoin pour des actuaires qui travaillent sur la modélisation prédictive au Canada, aux États-Unis, et mondialement. Les actuaires travaillent de concert avec des scientifiques des données et l’analyse prédictive dans les domaines des assurances santé et générales, pour aider à mieux prévoir, évaluer et mitiger les risques.

Nous sommes présentement dans le processus d’incorporation de l’analyse prédictive dans le curriculum de la SOA.
Nous cherchons à identifier des nouveaux plans de carrière permettant d’appliquer les compétences actuarielles, par exemple avec le travail de l’équipe de culture des opportunités de la SOA, et par le biais d’efforts conjoints avec les employeurs et les autres organisations actuarielles.

L’analyse prédictive nous rappelle que c’est la manière selon laquelle les actuaires utilisent les données qui nous distingue—c’est-à-dire, que nous comprenons comment les données sont pertinentes au problème, nous traduisons les données en informations utiles, et nous communiquons efficacement cette connaissance pour aider la prise des décisions importantes.

On me pose parfois la question suivante : Aurons-nous encore besoin des actuaires dans le futur? Notre travail ne sera-t-il pas fait entièrement par des ordinateurs?

Pour répondre à cette question, je raconte une histoire sur les médecins et leurs diagnostics:
Imaginez qu’à l’hôpital vous cherchiez à trouver un problème de santé et comment y remédier.

Le personnel hospitalier pourrait réaliser de nombreux tests informatisés et produire des centaines de mesures qui auraient l’air de ce qui suit:
• Votre niveau A1C est à 6,2 %.
• Votre créatinine est à 150.
• Votre GFR est à 80.
• Votre FBS est à 7,0.
• Votre VO2 est maintenant à 41.

Arrive alors un membre du personnel qui vous dit; « n’est-ce pas magique d’avoir un tel ordinateur? Il va bientôt remplacer les médecins et les techniciens. Je suppose que vous savez maintenant ce qui ne va pas et ce que vous devez faire pour aller mieux, n’est-ce pas? »

Et vous répondriez probablement quelque chose comme; « je ne comprends pas vraiment ce résultat complexe. Puis-je parler avec un expert médical qui le comprend bien? Veuillez me l’expliquer dans des termes que je pourrai comprendre, et ce que je devrais faire. »

C’est exactement ce que font les actuaires. Les actuaires peuvent avoir recours à des ordinateurs pour faire le traitement de certaines données, mais la véritable valeur du travail d’un actuaire est de communiquer, de conseiller, d’effectuer une surveillance, de recommander des actions, tout en soulignant les risques.

En qualité d’actuaire, vous devez être bien rôdé pour faire le travail et pour communiquer vos conclusions de manière efficace. Pour bien progresser dans votre carrière, il sera important de travailler aussi sur vos compétences techniques et dans le domaine des affaires. En faisant du bénévolat et en contribuant, vous vous ferez connaître par un groupe élargi de personnes, et vous pourrez aussi bénéficier de la diversité des idées et des autres leaders. Je vous invite donc à considérer ces opportunités comme une façon de croître et de sortir du lot. N’hésitez pas à offrir d’écrire des articles et des documents, à aider dans les recherches, à faire des présentations lors des réunions, et à faire du mentorat pour les autres.

Lors de ma campagne en vue d’être élu comme président de la Société des actuaires, j’ai pu compter sur la force de mon historique de plus de 30 comme chef de file et de bénévolat dans la profession. J’avais écrit des articles et des documents; j’avais dirigé un service comptant plus de 300 personnes; j’avais été présentateur lors des réunions d’actuaires; j’avais voyagé à l’international pour les affaires; en plus d’être un mentor pour d’autres personnes.

Les gens m’ont reconnu et cherchaient à découvrir ma plateforme électorale. Dans ma description de cette plateforme, vous auriez pu reconnaître ces thèmes comme la collaboration, la culture, l’adaptation, la gestion des attentes et l’apprentissage de toute une vie—soit tout ce que je viens de décrire.

Je voudrais conclure en vous décrivant brièvement les trois principales priorités de mon terme à titre de président:
1. Collaboration avec les autres associations. Nous devons travailler de concert, et en partenariat avec d’autres organisations.

2. Développements à l’international. La SOA est une organisation internationale, et compte une base de membres internationaux qui connaît une croissance rapide. Pour rester efficaces, nous devons fournir des services personnalisés à nos membres internationaux, et favoriser un sens de communauté avec tous les membres, sans égard à leur localisation.

3. Développer les opportunités actuarielles. La profession d’actuaire fait face à la compétition d’autres personnes qui sont parmi les meilleurs candidats et les plus brillants. Nous devons rehausser la valeur de nos lettres de créances et promouvoir les compétences de nos membres, afin de créer des opportunités tant avec les employeurs existants que nouveaux.

Je réalise que votre aventure sera différente de la mienne. Vous rencontrerez de nouvelles opportunités et vous serez confrontés à des défis différents, et à plusieurs décisions qui changeront votre carrière. Je vous invite à rester à jour car c’est la meilleure manière de vous positionner pour bien capitaliser sur ces opportunités.

Quand je vous vois tous et toutes dans cette salle—avec toute votre énergie qui irradie et votre empressement à conquérir le monde—j’éprouve une grande confiance envers le futur de notre profession.

Mike Lombardi, FSA, FICA, CERA, MAAA, est le président élu de la Société des actuaires. Vous pouvez le joindre à l’adresse mlombardi@soa.org

Sharing is caring.
  • Subscribe to our feed
  • Tweet about this post
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn

Discussion

No responses to "President-Elect Mike Lombardi Shares His Passion for Actuarial Work with Candidates and Students at the January ASNA Meeting"

There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment