14Dec2016
Author
SOA Blog
Category
Canada
Tags

Remembrance as a Call to Action

En français
by Ben Marshall

I spent the 11th hour of the 11th day of the 11th month this year at the Korea Veterans National Wall of Remembrance at Meadowvale Cemetery in Brampton, Ontario. This was the 13th consecutive Remembrance Day that I have done so. I first began attending the service there in 2004, less than a month after my mother passed away unexpectedly. My father, who died when I was a young child, had been a chaplain in the military during the Korean War, many years before my birth. My intense grief over the loss of my mother spurred me to take steps to also honour the memory of my father, whom I barely remember, in a more deliberate fashion. I have found the services of the Korea Veterans Association of Canada so compelling that they have kept me coming back each year.

Veterans from both Canada and Korea are joined by schoolchildren, active military servicemen and servicewomen, local dignitaries, police and ordinary citizens at the Korea Veterans Association of Canada Service of Remembrance on Nov. 11, 2016.

Veterans from both Canada and Korea are joined by schoolchildren, active military servicemen and servicewomen, local dignitaries, police and ordinary citizens at the Korea Veterans Association of Canada Service of Remembrance on Nov. 11, 2016.

My experience of Remembrance Day is not unusual. Nov. 11 of each year is a solemn day that Canadians of all ages hold dear. Schoolchildren learn and recite John McRae’s classic poem, “In Flanders Fields,” as a tribute to the fallen. Adults of every generation wear red poppies on jackets, shirts and blouses—directly above their hearts—to symbolize the respect and gratitude we hold for those who have served their country in the cause of freedom. But as much as Remembrance Day is a reminder of the past, it is a call to action for the future.

“The futureRemembrance Day?” you might ask. Absolutely! The fight for freedom is essentially about the future. And the best honour that we can give to those who gave their lives is by the way we live our own. Their sacrifices were not simply lives spent without a purpose—they were lives invested in the futures of those of us left behind, and of those who follow after.

“What does that have to do with the actuarial profession?” might be your follow-up question. The answer is simple: As much as actuaries are professionals, even more importantly, we are people. Not many of us are called upon to sacrifice our lives, but we can make a meaningful difference by investing our time, attention and energy in others.

Theodore Roosevelt famously said, “People won’t care how much you know until they know how much you care.” Actuaries are notorious for their knowledge—but for many, their expressions of empathy may be seen more rarely. The most effective and influential actuaries tend to have not only a high IQ, but also a high emotional quotient (EQ). The good news is that, through deliberate and sincere effort, emotional intelligence can be learned![1]

The most effective expressions of emotional intelligence come through demonstrations of genuine caring toward and investment in others. These can take many forms across a wide spectrum: from a heartfelt smile to a helping hand to a full-blown mentoring commitment. The key element is a habitual orientation toward putting yourself in the shoes of the other person and dealing with them at their point of need.

I started my career at the now-defunct Confederation Life Insurance Company. When I first was promoted into management at Confed, I attended a full-day management training seminar. I remember only one thing from that day. The trainer said, “We need to visualize everyone, at all levels, as wearing a sign around their neck that says ‘I NEED TO FEEL IMPORTANT’—and treat them accordingly.” That imagery has served me well over the course of my career. That nugget of truth represents a day well spent.

Investing in others can have a lasting impact. As an example, at the 2016 SOA Annual Meeting & Exhibit in Las Vegas in late October, I was contacted by a woman whom I first met when she was a high school student. She is now the mother of three teenage boys. When she was a teenager herself, she was curious about the actuarial profession. The mother of one of her high school friends was the librarian at Confederation Life, and offered to introduce her to an actuary. The librarian chose to introduce her to me, a newly minted FSA. I had a great conversation with the teenager at the time, and later tracked her progress through university. When she was looking for her first actuarial job, we continued our dialogue and I wound up hiring and mentoring her. She is now a partner with a major international consulting firm. When we had dinner in Las Vegas, I was amazed to find out that one of her key staff members is another young woman whom I hired into her first actuarial job several years ago at Royal Bank of Canada!

In the same way, I have benefited—both professionally and personally—from those who have invested in me over the course of my career and my life. I am certain that virtually all of us can think of individuals to whom we can attribute much of our career and personal development, because they demonstrated caring or they invested time, attention and energy in us.

Yes, Remembrance Day is a solemn occasion. It demands the utmost decorum and respect. But it is richer and more complex than a simple remembrance once a year—it is a clarion call to action, to live our lives in a meaningful, relational way every day!

 

[1] As summarized in “Can You Really Improve Your Emotional Intelligence?” by Tomas Chamorro-Premuzic, Harvard Business Review, May 29, 2013. Based on nearly 3,000 scientific studies of EQ.

Ben Marshall, FSA, FCIA, CERA, MAAA, is SOA staff fellow, Canadian membership. He can be reached at bmarshall@soa.org.

Le jour du Souvenir en tant qu’invitation à passer à l’action

par Ben Marshall

J’ai passé la 11ème heure du 11ème jour du 11ème mois de cette année près du mur Korea Veterans National Wall of Remembrance au cimetière Meadowvale à Brampton, Ontario. Il s’agissait de la 13ème fois consécutive que j’y passais le jour du Souvenir. J’ai commencé par assister au service à cet endroit en 2004, moins d’un mois après le décès de ma mère, lequel était inattendu. Mon père, qui était décédé alors que je n’étais qu’un jeune enfant, avait été aumônier militaire pendant la guerre de Corée, plusieurs années avant ma naissance. L’immense chagrin causé par la perte de ma mère m’a poussé à prendre des mesures visant à honorer aussi la mémoire de mon père, duquel je me souviens à peine, d’une manière plus délibérée. J’ai trouvé les services de l’Association canadienne des vétérans de la Corée si intéressants que j’y retourne à chaque année depuis.

Des vétérans tant du Canada que de la Corée se retrouvent parmi des écoliers, des militaires actifs, hommes ou femmes, dignitaires locaux, officiers de police et citoyens ordinaires au service du souvenir de l’Association canadienne des vétérans de la Corée du 11 novembre 2016.

Des vétérans tant du Canada que de la Corée se retrouvent parmi des écoliers, des militaires actifs, hommes ou femmes, dignitaires locaux, officiers de police et citoyens ordinaires au service du souvenir de l’Association canadienne des vétérans de la Corée du 11 novembre 2016.

Mon expérience de ce jour du Souvenir n’est pas inhabituelle. Le 11 novembre de chaque année est une journée solennelle que partagent des Canadiens de tout âge. Les écoliers apprennent et récitent le poème classique de John McRae, « Au champ d’honneur, » en hommage aux disparus. Des adultes de toute génération portent des coquelicots rouges sur leur veston, chemise et blouson—directement au dessus de leur cœur—afin de symboliser le respect et la gratitude que nous avons envers ceux et celles qui ont servi leur pays et à la défense de la liberté. Mais, bien que le jour du Souvenir soit un rappel du passé, il est aussi une invitation à passer à l’action pour le futur.

« Le futur—jour du Souvenir? » pensez-vous. Absolument! La lutte pour la liberté concerne essentiellement le futur. Et la meilleure façon d’honorer ceux qui ont donné leur vie est précisément la manière dont nous vivons la notre. Leurs sacrifices n’ont pas juste été des vies passées sans objet—ce furent des vies investies envers le futur de ceux et celles parmi nous qui sont restés, et de ceux et celles qui viendront ensuite.

« Qu’est-ce que cela a à voir avec la profession d’actuaire? » serait possiblement votre prochaine question. La réponse est simple : Bien que les actuaires soient des professionnels, ce qui est encore plus important est que nous sommes d’abord des personnes. Peu parmi nous sont appelés à sacrifier leur vie, mais nous pouvons faire une différence significative en investissant notre temps, notre attention et notre énergie pour les autres.

Theodore Roosevelt a dit cette phrase célèbre, « Les gens ne se soucient pas de tout ce que vous savez, jusqu’à ce qu’ils sachent toute la mesure de votre bienveillance (traduction libre). » Les actuaires sont célèbres pour leur connaissance—mais pour plusieurs, l’expression de leur empathie peut s’avérer plus rare. Les actuaires les plus efficaces et qui ont le plus d’influence tendent à avoir non seulement un QI élevé, mais aussi un quotient émotionnel élevé (QE). La bonne nouvelle est que, par le biais d’un effort délibéré et sincère, il est possible d’apprendre l’intelligence émotionnelle![1]

Les expressions les plus efficaces d’intelligence émotionnelle sont la démonstration d’une réelle bienveillance et d’un investissement envers les autres. Cela peut prendre plusieurs formes dans un vaste éventail : d’un sourire bien senti et d’une main aidante à un engagement complet de mentorat. Le principal élément est une orientation habituelle à vous placer dans les souliers de l’autre personne, et de traiter avec elle sur le point de son besoin.

J’ai débuté ma carrière au sein de la défunte Confédération, Compagnie d’Assurance-Vie. Lors de ma première promotion dans cette compagnie, j’ai assisté à un séminaire de formation en management d’une durée d’une journée, et je me rappelle seulement d’une chose de toute cette journée : le formateur qui avait dit que « nous devons visualiser tout le monde, à tous les niveaux, comme portant un signe autour de son cou qui dit « J’AI BESOIN DE ME SENTIR IMPORTANT(E) »—et il faut les traiter en conséquence. » Cette imagerie m’a bien servi tout au cours de ma carrière. Cette perle de sagesse représente une journée bien vécue. Investir dans les autres peut avoir un impact durable. Par exemple, lors de la réunion annuelle de 2016 et de l’exposition de la SOA à Las Vegas en octobre dernier, j’ai été contacté par une femme que j’avais rencontrée alors qu’elle était étudiante dans une école secondaire, laquelle est maintenant mère de trois adolescents. Quand elle était elle même adolescente, elle était curieuse au propos de la profession d’actuaire. La mère d’un de ses amis d’école était bibliothécaire pour la Confédération, et lui avait offert de la présenter à un actuaire. La bibliothécaire avait choisi de me la présenter, alors que j’étais tout nouvellement FSA. Nous avions eu une belle conversation avec cette adolescente, et j’avais suivi ses progrès pendant ses études à l’université. Alors qu’elle cherchait son premier emploi d’actuaire, nous avions continué notre dialogue et j’avais conclu de l’embaucher et d’être son mentor. Elle est maintenant associée avec une importante firme internationale de consultants. Nous nous sommes rencontrés lors d’un souper à Las Vegas, et j’ai été surpris de découvrir que l’un des membres de son personnel clé est une autre jeune femme que j’avais embauchée il y a longtemps pour son premier poste d’actuaire, pour la Banque Royale du Canada!

De la même manière, j’ai bénéficié—tant sur le plan professionnel que personnel—de ceux qui ont investi dans moi dans le cours de ma carrière et de ma vie. Je suis certain que pratiquement tous d’entre nous pouvons penser aux individus auxquels nous pouvons attribuer beaucoup de notre développement de carrière et personnel, simplement parce qu’ils ou elles ont démontré qu’ils/elles se souciaient de nous ou qu’ils/elles ont investi du temps, de l’attention et de l’énergie en nous.

Oui, le jour du Souvenir est une occasion solennelle. Il exige le plus haut décorum et le plus grand respect. Mais il est plus riche et plus complexe qu’un simple souvenir ravivé une fois par année—c’est une invitation à passer à l’action, et à vivre nos vies de manière significative et en pleines relations, à chaque jour!

Ben Marshall, FSA, FICA, CERA, MAAA, est actuaire agréé affecté au membership canadien de la SOA. Vous pouvez le joindre à l’adresse bmarshall@soa.org.

[1] Tel que résumé dans « Can You Really Improve Your Emotional Intelligence? » par Tomas Chamorro-Premuzic, Harvard Business Review, 29 mai 2013. Basé sur environ 3 000 études scientifiques sur le QE.

Sharing is caring.
  • Subscribe to our feed
  • Tweet about this post
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn

Discussion

One response to "Remembrance as a Call to Action"

  • Teresa Winer says:

    Thanks for this nice article, Ben. Very impactful and reminded me of my grandfather, who served in the Korean War and was one of the “Chosin few” survivors. All the best, Teresa

Leave a Comment