27Oct2016

Interview with Canadian Member Mike Lombardi, New SOA President-Elect

 

En français

By Ben Marshall, Staff Fellow, Canadian Membership

 

I first met Mike Lombardi, FSA, FCIA, CERA, MAAA, nearly 15 years ago when I was working as an insurance sector lawyer at Stikeman Elliott and he was the managing principal of Tillinghast Towers Perrin (now Willis Towers Watson) in Toronto. His firm was working with mine to provide expert witness testimony on behalf of a client company of my firm. Since that time, our paths have crossed many times, including twice this summer—at the Canadian Institute of Actuaries (CIA) Annual Meeting, and at the summer barbecue of the Pacific Rim Actuarial Club of Toronto (PRACT). At the end of the summer, the Society of Actuaries (SOA) election results were announced, revealing that Mike had been named as the SOA president-elect for 2016–2017, commencing at the SOA Annual Meeting & Exhibit in Las Vegas in late October. This interview covers the recent election and what it potentially means to Canadian actuaries.

 

Q: What is your vision for the actuarial profession generally and the SOA in particular?

A: Actuaries are and should be the leading professionals in the management and measurement of financial risk. We must find a way—through branding, through examination, and through continuing education—to widen our perspective beyond traditional actuarial roles. The Chartered Enterprise Risk Analyst (CERA) initiative is a start in reversing this trend, as is the new focus on big data and analytics. But much more is needed. Whether by reaching out to employers in industries other than insurance, to students considering career options, to educational institutions and universities, or by seeking joint sponsorship of conferences and events with wider focus, we must enhance the actuarial brand and broaden our relevance.

The SOA, as the largest actuarial organization in the world, has an important role to play in facilitating this strategic outcome—but it cannot do it alone. We must work together with other organizations that share this vision. We cannot let divisions between actuarial organizations deter us from achieving our shared goals. The SOA must build bridges and continue to find new ways to work together with others to ensure the continuing relevance and success of the actuarial profession as a whole.

 

Q: You are a former president of the CIA. What impact might that experience have on your upcoming tenure as president-elect and then president of the SOA?

A: Fulfilling the role of president in the CIA provided beneficial experience that will increase my effectiveness in the role with the SOA in some natural ways, such as with governance processes, organizational structures, and the ambassadorial nature of the presidency. But perhaps a more crucial aspect of the CIA experience is that it will facilitate progress on the important strategic objective of collaboration with other actuarial organizations that I noted in my vision statement. I have found that success in resolving differences is often an iterative process involving a combination of patiently listening, respecting alternative points of view, regularly clarifying points of agreement and differences, and sensing when, or whether, general consensus is achievable. I will use these skills to develop consensus between the SOA and the CIA, as well as other actuarial organizations.

Q: I have seen you at PRACT events many times over the past 10 years or so. What have been your experience and interests in international actuaries and actuarial practice?

A: I have had the privilege of speaking at many insurance events in Asia, Africa, Europe and North America. I was also the CIA voting delegate at the governing International Actuarial Association (IAA) council meetings, and I have been chair of the CIA International Relations Committee. In the last few years, I’ve met and presented to actuaries and regulators in Korea, China, Hong Kong, Japan and Taiwan. In addition, I have always had an interest in different languages, cultures and history, which helps me relate to actuaries in other countries.

The SOA is a global organization with a rapidly expanding international member base in over 80 countries. The top three countries, in decreasing order, are the United States, Canada and China. The growth in members in Asia, particularly in China, has been phenomenal and presents new operational challenges as member needs grow. I believe the sensitivity to other cultures that I’ve developed will help me, as SOA president, to leverage my relationships and advance the profession globally.

 

Q: What do you expect your priorities in office to be?

A: I have four major priorities:

  1. Collaborate with other associations.
    We must rededicate ourselves to building bridges and finding new ways to work together with others to ensure the continuing relevance and success of the actuarial profession. That objective is embedded in the new SOA 2017–2021 Strategic Plan. I know many of the actuarial leaders of partner organizations—the Casualty Actuarial Society (CAS), the CIA and the IAA—and by reaching out, I can help the SOA mend fences and strengthen relationships.
  2. Respond to international developments.
    The SOA is an international organization and becoming more so every day. To respond to this dynamic, the SOA needs to provide more tailored services to international actuaries on a self-supporting basis and to foster a sense of community with all actuaries, regardless of where they are located. We should expand our Asian outreach efforts, as well as explore opportunities in Latin America and elsewhere.
  3. Expand actuarial opportunities.
    While continuing to meet the SOA’s reputation for education excellence, we need to ensure that the education we offer to our members meets the needs of current and potential employers. We need to expand the breadth of our capabilities. We need to showcase the skills of our members to employers, regulators and others in order to expand traditional and nontraditional employment opportunities. I would also encourage more SOA research and marketing in other areas where we expect actuarial expertise can be usefully applied.
  4. Address member engagement and leadership concerns.
    Some actuaries feel the SOA is not fulfilling all their member needs. Symptoms of this discomfort, which I will work to address, include:
  • Lack of participation in elections and volunteer initiatives
  • Discomfort with the SOA’s relationships with other actuarial associations
  • Service to Canadian and international members not keeping up with expectations
  • A perceived imbalance between revenue-generating activities compared to freely available services, and
  • The balance between strategic leadership and oversight provided by the elected Board and operational objectives initiated by staff.

I plan to address these concerns by reaching out to members, by examining what is holding back member engagement, by reviewing the relationship we wish to have with other associations, and by examining whether we have the right balance of responsibilities between elected members and staff.

 

Q: You will become the first Canadian president of the SOA in 15 years. What meaning does this historic significance carry for you and what might it mean for Canadian members?

A: Several themes come to mind:
1. The SOA is a global organization and Canadians are full participants:

  • It is a sign of a healthy organization whenever significant geographic and practice areas have an opportunity to provide input and be represented at all levels of leadership.
  • Demonstrating that the top leadership is open to all provides members with a better sense of connection to the organization, minimizing the potential “us” vs. “them” barriers that prevent full participation.

2. The SOA is important to actuaries and to actuarial opportunities in Canada:

  • Many actuaries in Canada receive their training through SOA exams and participate in continuing education offerings.
  • Many of the actuarial exams, especially those with significant Canadian content, are developed for and by Canadian actuaries, and are offered in both official languages.
  • The SOA is a major source of actuarial research. Through input, representation and delivery, Canadians help select areas of research and make its content relevant to Canadian actuarial practice.

3. What it means to me personally:

  • I feel passionately about the profession and want to do what I can to ensure its ongoing growth and vitality. It’s an opportunity to volunteer and give back to the profession.
  • Many friends and colleagues were aware of my passion for the profession and encouraged me to run. While it’s a great honour and recognition to have been elected to high office, at the same time I also feel a great sense of obligation—a need to work hard to ensure the trust of members is well-founded.

 

Mike Lombardi, FSA, FCIA, CERA, MAAA, is from Vaughan, Ontario in Canada. He is president and CEO of MLBC. He has previously served as senior vice president and chief actuary at Prudential Assurance Company, managing principal of the Willis Towers Watson (Tillinghast) Canadian Life and Property Casualty insurance consulting practice, and Executive Vice President at RGA. He can be reached at mlombardi@soa.org.

 

Entrevue avec le membre canadien Mike Lombardi, nouveau président élu de la SOA

par Ben Marshall, actuaire agréé affecté au membership canadien

J’ai d’abord rencontré Mike Lombardi, FSA, FCIA, CERA, MAAA, il y a 15 ans déjà alors que je travaillais en qualité d’avocat dans le secteur des assurances chez Stikeman Elliott, et qu’il était directeur principal de Tillinghast Towers Perrin (qui s’appelle maintenant Willis Towers Watson) à Toronto. Sa firme travaillait avec la mienne pour offrir des témoignages d’expert pour le compte d’une entreprise cliente de ma firme. Depuis lors, nos parcours se sont croisés plusieurs fois, notamment cet été — lors de la réunion annuelle de l’Institut canadien des actuaires (ICA), et lors du barbecue estival au Pacific Rim Actuaries Club of Toronto (PRACT). À la fin de l’été, les résultats de l’élection de la Société des actuaires (SOA) ont été annoncés, pour révéler l’élection de Mike au titre de président élu de la SOA pour 2016–2017, alors qu’il débutait ses fonctions lors de la réunion annuelle et de l’exposition de la SOA à Las Vegas en fin octobre. Cette entrevue porte sur son élection récente et sur ce que cela pourrait signifier pour les actuaires canadiens.

Q : Quelle est votre vision de la profession d’actuaire en général et de la SOA en particulier?

R : Les actuaires sont, et doivent être, les professionnels chefs de file dans la gestion et la mesure des risques financiers. Nous devons trouver le moyen—par le biais du branding, de l’examen et de la formation continue—d’élargir notre perspective au-delà des rôles actuariels traditionnels. L’initiative CERA (Chartered Enterprise Risk Analyst) est un début pour renverser cette tendance, puisqu’elle se concentre sur les ensembles des données « big data » et sur leur analyse. Nous avons besoin de plus toutefois. Que ce soit en rejoignant les employeurs dans les industries autres que les assurances, les étudiants qui sont au stade de considérer leurs options de carrière, les institutions d’enseignement et les universités, ou en cherchant à créer des commandites partagées pour des conférences et des évènements avec une concentration élargie, nous devons améliorer la marque actuarielle, et travailler ensemble pour élargir notre pertinence.

La SOA, en qualité de la plus grande organisation actuarielle au monde, a un rôle important à jouer pour faciliter ce résultat stratégique — mais elle ne peut pas y arriver seule. Nous devons travailler de concert avec d’autres organisations qui partagent cette vision. Nous ne pouvons pas laisser les divisions entre les organisations actuarielles nous empêcher d’atteindre les objectifs que nous partageons. La SOA doit bâtir des ponts et continuer de trouver des manières nouvelles de travailler avec les autres pour assurer la continuité de la pertinence et du succès de la profession d’actuaire, dans son ensemble.

Q : Vous avez été président de l’ICA. Quel est selon vous l’impact que cela peut avoir sur votre mandat à venir, comme président élu, puis de président de la SOA?

R : Ces expériences plus que bénéfiques du rôle de président de l’ICA contribueront assurément à mon efficacité dans ce rôle auprès de la SOA, de diverses manières naturelles, à savoir pour les processus de gouvernance, les structures organisationnelles et la nature ambassadoriale de la présidence. Mais un autre aspect possiblement plus crucial de mon expérience auprès de l’ICA est le fait que cela puisse faciliter les progrès des importants objectifs stratégiques de collaboration avec d’autres organisations actuarielles que j’ai soulignés dans mon énoncé de vision. J’ai compris que le succès à résoudre les différences est souvent un processus itératif impliquant la combinaison d’une écoute patiente, d’un respect des points de vue alternatifs, de clarifier régulièrement des points de dissension et les différences, et de sentir quand, ou si, un consensus général peut être atteint. Je compte utiliser ces compétences pour développer un consensus entre la SOA et l’ICA, et avec d’autres organisations actuarielles.

Q : Je vous ai vu plusieurs fois aux évènements de PRACT au cours des 10 dernières années. Quels ont été vos expériences et intérêts envers les actuaires internationaux et la pratique actuarielle?

R : J’ai eu le privilège de discourir lors de nombreux évènements du domaine des assurances en Asie, en Afrique, en Europe et en Amérique du Nord. J’ai aussi été le délégué votant de l’ICA aux réunions du conseil de gouvernance de l’Association Actuarielle Internationale (AAI), puis président du Comité des relations internationales de l’ICA. Au cours des dernières années, j’ai eu l’opportunité de rencontrer et d’être présenté à de nombreux actuaires et autorités de réglementation en Corée, en Chine, à Hong-Kong, au Japon et à Taiwan. De plus, j’ai toujours eu le plus grand intérêt envers les langues, les cultures différentes et l’histoire, ce qui m’aide aussi à établir des liens avec les actuaires dans les autres pays.

La SOA est une organisation mondiale qui connaît une croissance rapide de sa base de membres internationaux dans plus de 80 pays. Les trois pays principaux, en ordre décroissant sont les États-Unis, le Canada et la Chine. La croissance du nombre des membres en Asie, particulièrement en Chine, est phénoménale et présente de nouveaux défis opérationnels, alors que leur nombre augmente. Je crois que la sensibilité aux autres cultures que j’ai pu développer va m’aider, en qualité de président de la SOA, à tirer avantage de mes relations, et à faire avancer la profession, mondialement.

Q : Quelles seront selon vous les principales priorités de vos fonctions?

R : Je dénote quatre priorités principales :

  1. Collaborer avec les autres associations.
    Nous devons renouveler notre engagement envers la construction des ponts et la découverte de nouveaux moyens pour travailler de concert avec les autres pour assurer la continuité et le succès de la pertinence de la profession d’actuaire. Cet objectif est intégré dans le nouveau plan stratégique 2017–2021 de la SOA. Je sais que les chefs de file de nos organisations partenaires actuarielles — la Casualty Actuarial Society (CAS), l’ICA et l’AAI — et en les rejoignant, je peux aider la SOA à ouvrir les barrières et à renforcer nos relations avec elles.
  2. Réagir aux développements internationaux.
    La SOA est une organisation internationale, et elle le devient de plus en plus à chaque jour. Pour réagir à cette dynamique, la SOA doit fournir des services plus spécifiques aux actuaires internationaux, sur une base d’auto soutien et promouvoir un sentiment de communauté avec tous les actuaires, sans égard à leur localisation. Nous devrions accroître nos efforts d’expansion en Asie, en plus d’explorer les opportunités en Amérique latine et ailleurs.
  3. Développer les opportunités actuarielles.
    Tout en continuant de développer la réputation de la SOA en matière d’excellence d’enseignement, nous devons assurer que l’enseignement que nous offrons à nos membres réponde aux besoins des employeurs présents et potentiels. Nous devons étendre la portée de nos capacités. Nous devons bien démontrer les compétences de nos membres aux employeurs, aux autorités de réglementation et autres, afin d’étendre nos opportunités d’emploi traditionnels et non-traditionnels. J’encourage aussi plus de recherche et de marketing par la SOA dans d’autres domaines, dans lesquels nous anticipons que l’expertise actuarielle puisse être utilisée à bon escient.
  4. Adresser les questions d’engagement et de leadership des membres.
    Certains actuaires croient que la SOA ne comble pas tous les besoins de ses membres. Parmi les symptômes de cet inconfort, que j’aimerais adresser, citons notamment :
  • La faible participation lors des élections et des initiatives de bénévolat
  • L’inconfort envers les relations de la SOA avec les autres associations actuarielles
  • Le service aux membres canadiens et internationaux qui ne répond pas aux attentes
  • Un déséquilibre perçu entre les activités qui génèrent des revenus, en comparaison avec les services disponibles gratuitement, et
  • L’équilibre entre le leadership stratégique et la supervision effectuée par le conseil élu et les objectifs opérationnels initiés par le personnel.

Je planifie de répondre à ces problèmes en faisant un appel aux membres, en examinant ce qui nuit à l’engagement des membres, en étudiant la relation que nous souhaitons avoir avec les autres associations, et en examinant si nous avons le bon équilibre des responsabilités entre les membres élus et le personnel.

Q : Vous deviendrez le premier président canadien de la SOA en 15 ans. Qu’est-ce que cela signifie pour vous, et qu’est-ce que cela pourrait signifier pour les membres canadiens?

R : Plusieurs thèmes me viennent à l’esprit :
1. La SOA est une organisation mondiale et les canadiens sont des participants à part entière :

  • C’est le signe d’une organisation saine, à savoir que les régions géographiques et de pratique ont l’opportunité d’émettre leur opinion, et d’être représentés à tous les niveaux de leadership.
  • Cette démonstration à l’effet que le leadership hiérarchique est ouvert à tous offre aux membres un sentiment de meilleure connexion avec l’organisation, en minimisant les barrières potentielles entre « nous » et « eux » qui nuisent à une pleine participation.

2. La SOA est importante pour les actuaires et pour les opportunités actuarielles au Canada :

  • De nombreux actuaires au Canada reçoivent leur formation via les examens de la SOA, et participent aux offres de formation continue.
  • Plusieurs examens en actuariat, particulièrement ceux avec un important contenu canadien, sont développés pour et par les actuaires canadiens, et sont offerts dans les deux langues officielles.
  • La SOA est une source majeure de recherche actuarielle. De par leurs opinions, leur représentation et leurs prestations, les canadiens contribuent à des secteurs choisis de recherche, et rendent leurs contenus pertinents pour la pratique actuarielle canadienne.

3. Ce que cela signifie pour moi personnellement :

  • Je suis passionné par la profession et je veux faire ce que je peux pour assurer sa croissance continuelle et sa vitalité. C’est une excellente opportunité de bénévolat et qui me permet de redonner à la profession.
  • Plusieurs de mes amis et collègues étaient conscients de ma passion pour la profession, et m’ont encouragé à me présenter. Bien que ce soit un grand honneur et une reconnaissance d’avoir été élu à ce poste prestigieux, je ressens en même temps une grande obligation—un besoin de travailler fort pour assurer que la confiance des membres soit bien fondée.

 

Mike Lombardi, FSA, FCIA, CERA, MAAA, vit à Vaughan en Ontario, Canada. Il est président et directeur général de MLBC. Il a servi précédemment au titre de vice-président senior et d’actuaire en chef pour la Prudentielle d’Amérique, Compagnie d’Assurance; comme associé de direction chez Willis Towers Watson (Tillinghast) Canadian Life; et comme vice-président exécutif assurances IARD chez RGA.

Vous pouvez communiquer avec lui à l’adresse mlombardi@soa.org.

Sharing is caring.
  • Subscribe to our feed
  • Tweet about this post
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn

Discussion

No responses to "Interview with Canadian Member Mike Lombardi, New SOA President-Elect"

There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment