26Sep2016

Climate Change Interview With Caterina Lindman

En français

Caterina Lindman, FCIA, FSA, is an actuary for Manulife Financial, working on repricing adjustable products in Manulife’s Canadian division in Waterloo, Ontario. Lindman is recognized as a leading actuary in Canada and internationally in the area of climate change research. She is the chairperson of the Climate Index Working Group, which is a collaborative effort between the SOA, the Canadian Institute of Actuaries, the American Academy of Actuaries and the Casualty Actuarial Society (CAS), and forms a sub-committee of the CAS Climate Change Committee. The interview covers climate change research, the impact of climate changes, debates on the topic, and more.


Q: How did you first become interested in the climate change topic, and realize its ties to actuarial science?

A: My strong interest in ecology has been lifelong, and predates my study of actuarial science. As an actuary, I believe that the profession should get involved in ecological issues as one important way that actuaries can contribute to solving problems that involve mitigating and sharing risk.

 

Q: What are the most important insights that you have derived from your climate change research? What were the most surprising?

A: One important insight is that taking action is an antidote to despair, no matter how overwhelming the problem may seem. Another insight is that climate change is a societal issue, and that people are social creatures. Though we can take actions individually, it’s important to take those actions in the context of social groups, and to inspire the people in your groups to join you in your actions.


Q: The SOA motto is “the work of science is to substitute facts for appearances and demonstrations for impressions.” The climate change debate is one that seems to attract a great deal of political bias, perhaps on both sides of the debate. What would you say to those who have difficulty wading through the political rhetoric and are simply looking for facts and demonstrations (i.e., truth as best as it can be known)?

A: I have been surprised to find out how threatening the topic of climate change is to some people. In many cases, it is not really about whether the temperature readings that are showing a warming of the planet can be trusted; it is that some people feel threatened by the idea that humans can impact the environment in such a significant, negative manner. Some people’s entire world view, where capitalism and growth are so central, is threatened—and that’s difficult to navigate.

If people are genuinely confused about whether global warming is happening, then the public relations firms that have been hired by the fossil fuel industry have been successful in their aim, which is to manufacture doubt. Historically, the fact that global warming is happening has been apparent for many years, based on thousands of peer-reviewed studies. Here are some useful links to good information:

The waging of a disinformation campaign is what happened with the controversy over whether smoking was harmful. I think actuaries can be proud of the fact that the insurance industry started charging higher premiums for smokers, which really helped the public realize that smoking was harmful to human health. Similarly, I think that the Actuaries Climate Index can be a sign that the profession takes climate change seriously going forward.
Q: The Actuaries Climate Index is nearing publication. You have been instrumental in its development as part of a joint task force involving several actuarial organizations. What can you tell us about the “big picture” in terms of what the Actuaries Climate Index is, why it’s important, and how it should be used in the future?

A: When the opportunity to create an Actuaries Climate Index arose, it felt like a perfect fit, and I was very happy to get involved. A changing climate has definite implications for property and casualty insurers, because it affects claims rates. The implications for life and health actuaries are more nuanced, as climate change affects more vulnerable populations first, and these people may not be our clients. Life and health actuaries might be more impacted on the asset side than the insurance side, due to the risk of stranded assets as we transition to a low carbon economy, as well as risks to physical assets. Reputation risk and legal risk may also arise if climate change is not addressed.

The Actuaries Climate Index is an objective measure of how the climate has changed since the reference period of 1961 to 1990. It contains six components, which tend to measure the frequency of extremes rather than the movement of averages, because extremes tend to be what impact society the most. The components measure warm temperatures, cool temperatures, wind power, maximum precipitation, drought and sea level. The components that show the most consistent signal are the temperature components, showing an increase in the frequency of warm temperature extremes, and a decrease in the frequency of cool temperature extremes.

The next phase of the project is the Actuaries Climate Risk Index. This builds on the Actuaries Climate Index, by using a regression analysis of damages vs. climate change components. Where statistically significant relationships are found, this is then applied to current values of the Actuaries Climate Index components to measure risk.

Creating these indices shows our profession’s commitment to taking climate change seriously, as a way to serve the public through the identification and measurement of risk.

 

Caterina Lindman, FCIA, FSA, is an actuary for Manulife Financial, working in inforce pricing for adjustable products in Manulife’s Canadian division in Waterloo, Ontario. She can be reached at caterina_lindman@manulife.com.

 

Entrevue avec Caterina Lindman au propos des changements climatiques

Caterina Lindman, FICA, FSA, est actuaire pour La Financière Manuvie, et travaille sur les modifications des prix sur les produits ajustables de la division canadienne de la Financière Manuvie à Waterloo, Ontario. Mme Lindman est reconnue comme une actuaire chef de file au Canada et internationalement dans les domaines de la recherche sur les changements climatiques. Elle est présidente du Groupe de travail actuariel sur l’index climatique (Climate Index Working Group), lequel constitue l’effort de collaboration entre la SOA, l’Institut canadien des actuaires, l’American Academy of Actuaries et la Casualty Actuarial Society (CAS), et qui forme le sous-comité du comité CAS sur les changements climatiques. L’entrevue porte entre autre sur la recherche sur les changements climatiques, sur les impacts des changements climatiques, sur les débats entourant la question, et bien plus.

Q : Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser aux changements climatiques, et à réaliser leurs liens avec la science actuarielle ?

R : Le profond intérêt que je porte aux questions d’écologie a été présent tout au long de ma vie, et il empiète même sur mes études en science actuarielle. En tant qu’actuaire, je crois que notre profession doit s’impliquer dans les questions environnementales comme un moyen important par lequel les actuaires peuvent contribuer à résoudre ces problèmes qui impliquent l’atténuation et le partage des risques.

Q : Quelles sont les conclusions les plus importantes que vous avez dérivées de vos recherches sur les changements climatiques ? Quelle a été votre plus grande surprise en cette matière ?

R : Une des conclusions les plus importantes a été que la prise d’action constitue un antidote contre l’altération, peu importe la démesure apparente du problème. Une autre conclusion est que les changements climatiques constituent un problème de société, et que les gens sont des créatures sociales. Bien que nous puissions prendre des actions sur le plan individuel, il est important de prendre ces actions dans le contexte des groupes sociaux, et d’inspirer les gens dans vos groupes à se joindre à vos actions.

Q : La devise de la SOA est la suivante « le travail de la science est de substituer des faits aux apparences et des démonstrations aux impressions (traduction libre). » Le débat sur les changements climatiques en est un qui semble attirer beaucoup de partialité politique, et probablement des deux côtés du débat. Que pourriez-vous dire à ceux qui ont de la difficulté à discerner au travers de la rhétorique politique et qui cherchent simplement des faits et des démonstrations (c’est à dire, la vérité, au meilleur de nos connaissances) ?

R : J’ai été surprise de découvrir à quel point les questions des changements climatiques peuvent représenter une menace pour de nombreuses personnes. Dans plusieurs cas, ce n’est pas vraiment de savoir si elles peuvent avoir confiance en ces lectures de température qui indiquent un réchauffement de la planète; c’est plutôt que certaines personnes se sentent menacées par l’idée que les humains puissent avoir un tel impact sur l’environnement, et d’une manière qui soit si importante et négative. La perception entière de certaines personnes sur le monde entier, dans laquelle le capitalisme et la croissance sont aussi centraux, est menacée — et qu’il leur est difficile de s’y retrouver.
Si les gens sont véritablement confus à savoir si le réchauffement planétaire se produit réellement, c’est que les firmes de relations publiques qui ont été embauchées par l’industrie des carburants fossiles ont eu un tel succès dans leur projet, qui consiste à manufacturer le doute. Historiquement, le fait que le réchauffement planétaire se produit a été évident depuis plusieurs années, et cela a été confirmé par des milliers d’études revues par nos pairs. Voici quelques liens utiles pour trouver des informations judicieuses :

  • Determining the Impact of Climate Change on Insurance Risk and the Global Community Phase 1: Key Climate Indicators, (traduction libre – la détermination des impacts des changements climatiques sur les risque pour les assurances et la communauté mondiale, phase 1 : principaux indicateurs du climat), écrite par des scientifiques du domaine climatique de Solterra Solutions, qui travaillent en conjonction avec le Groupe de travail actuariel sur l’index climatique (Climate Index Working Group).
  • Summary for Policymakers: Intergovernmental Panel on Climate Change Fifth Assessment Report, (traduction libre – résumé des législateurs : cinquième rapport d’évaluation du panel intergouvernemental sur les changements climatiques)
  • Skeptical Science website : The Big Picture, (traduction libre – le site Web des sceptiques de la science : le portrait global).
    Le traitement d’une campagne de désinformation est précisément ce qui s’est produit avec la controverse à savoir si fumer était nocif pour la santé. Je pense que les actuaires peuvent être fiers du fait que l’industrie des assurances a commencé à charger des primes plus élevées pour les fumeurs, car cela a réellement contribué à aider le grand public à réaliser que la cigarette est nocive pour la santé humaine. De manière similaire, je crois que l’ACI peut être le signe à l’effet que notre profession va prendre très au sérieux les changements climatiques dans l’avenir.

Q : Les publications de l’ACI vont paraître bientôt. Vous avez largement contribué à leur développement par votre contribution à ce groupe de travail qui implique plusieurs organisations actuarielles. Que pouvez-vous nous dire concernant le « portrait global » en termes de ce qu’est l’ACI, pourquoi elle est importante, et comment elle devrait être utilisée dans le futur ?

R : Lorsque l’opportunité de créer un index climatique par les actuaires (Actuary Climate Index, ou ACI), cela m’a semblé être un mariage parfait, et j’étais très heureuse d’y être impliquée. Un changement dans le climat aura des implications importantes pour les assureurs de propriété et d’assurance vie, puisqu’il affectera les taux de réclamation. Les implications pour les actuaires du domaine de l’assurance vie et de la santé sont plus nuancées, puisque les changements climatiques affectent d’abord les populations les plus vulnérables, et que ces personnes ne font pas couramment partie de notre clientèle. Les actuaires du domaine de l’assurance vie et de la santé pourraient ressentir plus d’impact du côté des actifs que du lôté des assurances, en raison du risque des droits d’actifs délaissés pendant que nous effectuons la transition vers une économie faible en carbone, ainsi que des risques sur les actifs physiques. Le risque à la réputation et juridique peut aussi prendre de l’importance si on ne s’attaque pas aux changements climatiques.

L’ACI constitue une mesure objective dans la détermination de comment le climat a changé depuis la période de référence, entre 1961 et 1990. Il compte six composantes, lesquelles tendent à mesurer la fréquence des extrêmes plutôt que le mouvement des moyennes, puisque les extrêmes tendent à être ce qui a le plus d’impact sur la société. Les composantes mesurent les températures chaudes, les températures fraîches, la puissance des vents, les précipitations maximales, les tirages d’air et le niveau de la mer. Les composantes qui indiquent les signaux les plus constants sont les composantes de température, qui démontrent une augmentation dans la fréquence des extrêmes de température chaude, et une diminution de fréquence des extrêmes de température froide.

La prochaine phase du projet est l’index actuariel des risques climatiques (Actuaries Climate Risk Index). Celui-ci sera fondé sur l’ACI, en utilisant une analyse de la régression des dommages, selon les composantes des changements climatiques. Lorsque des relations significatives sont trouvées sur le plan statistique, on les applique alors aux valeurs actuelles des composantes de l’ACI pour mesurer le risque.

La création de ces index démontre l’engagement de notre profession à prendre au sérieux les changements climatiques, comme un moyen de servir le public par l’identification et la mesure du risque.

Caterina Lindman, FICA, FSA, est actuaire pour la Financière Manuvie, et travaille à la confirmation des prix pour les produits ajustables à la division canadienne de la Financière Manuvie à Waterloo, Ontario. Vous pouvez communiquer directement avec elle à l’adresse caterina_lindman@manulife.com.

Sharing is caring.
  • Subscribe to our feed
  • Tweet about this post
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn

Discussion

No responses to "Climate Change Interview With Caterina Lindman"

There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment